Unicredit discute avec le turc Koç de l’avenir de Yaki Kredi

AWP

1 minutes de lecture

Unicredit envisage de céder sa part de 50% dans leur co-entreprise Koç Financial Services - propriétaire à 82% de Yapi Kredi - à son partenaire Koç Holding.

Le groupe bancaire italien Unicredit, qui a déjà cédé plusieurs actifs non stratégiques par le passé, a confirmé lundi discuter avec son partenaire turc Koç «d’une potentielle évolution» de leur co-investissement dans la société Yaki Kredi.

Selon des informations de presse, Unicredit envisage de céder sa part de 50% dans leur co-entreprise Koç Financial Services - propriétaire à 82% de Yapi Kredi - à son partenaire Koç Holding.

«Suite à des spéculations des médias concernant une possible transaction concernant Koç Financial Services (KFS) et Yapi ve Kredi Bankasi (Yapi Kredi), UniCredit souhaite clarifier que, dans le contexte de son nouveau plan stratégique, il discute avec son partenaire Koç Group d’une potentielle évolution de leur joint-venture en Turquie», a précisé Unicredit dans un communiqué.

Cependant, «aucun accord final n’a été conclu», a précisé le groupe italien, qui a promis d’»informer le marché si et quand ce sera approprié».

Après ce communiqué, le titre Unicredit a bondi de 2,11% à l’ouverture de la bourse de Milan à 12,7 euros, dans un marché en hausse de seulement 0,9%.

Le patron d’Unicredit, le Français Jean-Pierre Mustier, a mené depuis 2016 une vaste réorganisation de la banque qui figurait à l’époque parmi les moins performantes lors de tests de résistance menés par l’Autorité bancaire européenne (EBA).

UniCredit a levé 13 milliards d’euros, nettoyé ses comptes de milliards d’euros de créances douteuses, et supprimé 14’000 emplois équivalents temps plein.

Il a aussi cédé divers actifs, comme Finecobank et le 6 novembre, il a vendu la totalité de sa participation, soit 8,4%, dans la principale banque d’affaires italienne, Mediobanca, encaissant quasiment 800 millions d’euros.

Unicredit annoncera son nouveau plan stratégique, «Team 23», le 3 décembre à Londres.

Lors de la publication de résultats jugés solides pour le troisième trimestre, M. Mustier a fait savoir que «tous les objectifs clé» du précédent plan, appelé Transform 2019, «ont été atteints ou seront dépassés à la fin de l’année».

Dans le prochain plan, «l’allocation du capital sera centrale», a-t-il dit, en anticipant que «les revenus ne croitront plus tellement».

UniCredit étudie la possibilité de créer une holding pour les actifs internationaux, non cotée en Bourse et basée en Italie, a-t-il indiqué le 7 novembre.

A lire aussi...