Swissquote dénonce une de ses sociétés clientes suite à des soupçons

AWP

1 minutes de lecture

Des sommes à neuf chiffres (au moins 100 millions de francs) auraient été bloquées, après l’ouverture d’une enquête pour soupçons de blanchiment.

Swissquote a dénoncé aux autorités suisses une de ses clientes, la société portoricaine Blue Ocean, selon un article publié jeudi sur les sites de la Tribune de Genève et 24 Heures. Des montants à neuf chiffres (au moins 100 millions de francs) auraient été bloqués après l’ouverture d’une enquête pour soupçons de blanchiment.

Selon les informations de l’article recueillies en collaboration avec le magazine français L’Obs, la banque Swissquote, basée à Gland, a dénoncé il y a quelques mois au bureau suisse chargé de la lutte anti-blanchiment, le MROS, un compte ouvert chez elle par Blue Ocean.

Ce compte de la petite banque de Porto Rico regrouperait les avoirs de nombreux clients et recèlerait des «sommes à neuf chiffres». Une enquête pour blanchiment a ensuite été ouverte à Genève et le compte a été bloqué. Une partie des sommes concernées aurait été libérée depuis. Interrogé par AWP, le Ministère public genevois n’a pas souhaité apporter de commentaires.

Blue Ocean travaillerait depuis longtemps avec le groupe Helin, dirigé depuis Neuchâtel par le prince belge Henri de Croÿ et son frère, rapporte encore l’article. Cette «nébuleuse de sociétés vouée à l’optimisation fiscale» serait visée par des enquêtes en France et en Suisse. A Genève, plusieurs plaintes pénales auraient été déposées par des clients disant avoir perdu des millions «dans les montages exotiques de Helin».

Le patron de Blue Ocean, précise encore l’article, a été entendu comme témoin en septembre dernier par la justice genevoise et aurait confirmé avoir reçu au moins 63 millions de francs provenant de clients de Helin, afin que ces fonds soient mis à l’abri au moment où Helin était notamment «empêtré» dans une affaire de fraude aux Emirats arabes unis.

La procureure genevoise Caroline Babel Casutt aurait adressé à Swissquote une ordonnance de séquestre exigeant la remise d’une abondante documentation. Son enquête sur Blue Ocean porterait sur des soupçons de blanchiment de «délit fiscal qualifié».

Swissquote n’a pas fourni non plus de commentaire. Durant son audition en septembre, le patron de Blue Ocean aurait affirmé que sa société serait victime dans cette affaire puisqu’elle aurait elle-même perdu 1,5 million de dollars à cause des déboires judiciaires du groupe Helin.

A lire aussi...