Swiss Re touché de plein fouet par le coronavirus

AWP

1 minutes de lecture

Le numéro deux mondial de la réassurance prévoit d’inscrire une perte nette (US Gaap) de 1,1 milliard de dollars au premier semestre.

Le réassureur Swiss Re est touché de plein fouet par les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus. Le groupe zurichois s’attend à sombrer dans les chiffres rouges au premier semestre, en raison des coûts et provisions effectuées dans le contexte de la crise du COVID-19.

Concrètement, le numéro deux mondial du secteur prévoit d’inscrire une perte nette (selon la norme comptable US Gaap) de 1,1 milliard de dollars au premier semestre, après un bénéfice net de 953 millions un an plus tôt, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

Swiss Re a dû effectuer des provisions et a enregistré des charges de 2,5 milliards de dollars en raison du virus. Hors cet effet, le profit net serait ressorti à 0,9 milliard.

Le réassureur a déjà déboursé 476 millions de dollars pour couvrir des dommages, principalement en raison d’annulation d’événements.

Sur le total des coûts, 1,5 milliard de dollars ont été inscrits par la division dommages et accidents et 0,5 milliard par l’unité dédiée aux entreprises. Quelque 0,5 milliard supplémentaire sont à mettre au compte de l’activité vie et santé, principalement en raison des assurances liées aux décès aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Selon le directeur financier John Dacey, «les charges et provisions effectuées au premier semestre 2020 couvrent en majeure partie la perte finale liée au COVID-19».

Swiss Re a affirmé toujours disposer d’une capitalisation solide avec un ratio de test suisse de solvabilité (SST) supérieur à 220% au 1er juillet. Les résultats semestriels détaillés seront publiés le 31 juillet.

Le groupe a par ailleurs finalisé la session de sa filiale Reassure au britannique Phoenix Group Holdings, empochant 1,2 milliard de livres en numéraire et une participation de 13,3% dans l’acquéreur.

Déjà au premier trimestre, Swiss Re avait subi l’impact du coronavirus, avec notamment l’annulation des Jeux olympiques de Tokyo.

La perte nette trimestrielle s’est inscrite à 225 millions de dollars, à comparer au bénéfice de 429 millions dégagé une année auparavant, notamment en raison d’une charge avant impôts de 476 millions pour l’activité de réassurance dommages.

A lire aussi...