Le spectre du litige fiscal resurgit aux Etats-Unis pour Credit Suisse

AWP

1 minutes de lecture

Le Financial Times rapporte que des membres de la commissions des finances du Sénat reprochent à la banque d’avoir continué à accompagner des résidents du pays dans leurs démarches de soustraction fiscale.

Credit Suisse risque de replonger dans un pénible et douloureux chapitre de son histoire. Le Financial Times rapporte en effet que des membres de la commissions des finances du Sénat des Etats-Unis reprochent à la banque aux deux voiles d’avoir continué à accompagner des résidents du pays de l’oncle Sam dans leurs démarches de soustraction fiscale, y compris après l’amende de 2,6 milliards de dollars dont elle avait écopée en 2014.

La commission a désormais demandé au ministre de la Justice Merrick Garland de livrer de plus amples détails sur l’accord conclu à l’époque, de manière à déterminer si le numéro deux bancaires pourrait avoir failli à ses engagements.

Le quotidien économique et financier saumon évoque notamment des témoignages d’anciens collaborateurs laissant supposer que Credit Suisse aurait caché l’existence du compte d’un client israélo-étasunien fortuné, recelant alors 200 millions de dollars.

Dans une prise de position adressée à AWP Credit Suisse soutient que depuis l’accord conclu en 2014, l’établissement «coopère pleinement avec les autorités aux Etats-Unis et continuera de le faire».

 

A lire aussi...