Crealogix: chute du bénéfice et du dividende

AWP

1 minutes de lecture

Le développeur de logiciels bancaire a annoncé avoir dégagé 0,7 million de francs, contre 1,4 million un an auparavant.

Malgré un chiffre d’affaires record, Crealogix a vu son bénéfice net chuter sur l’exercice décalé 2017/18, clos fin juin. Réajustant mardi le montant de son résultat net, le développeur de logiciels bancaire a annoncé avoir dégagé 0,7 million de francs, contre 0,9 million annoncé début août et 1,4 million un an auparavant.

Le résultat brut d’exploitation (Ebitda) a reculé de manière moins marquée que le bénéfice net, soit de 4,1% à 7,03 millions de francs et la marge afférente a baissé de 1,7 point de pourcentage sur un an à 8,1%. Le chiffre d’affaires a par contre bondi de 16,4% à 87,14 millions, ressort-il du rapport annuel.

Conséquence du repli du bénéfice net, les actionnaires devront se contenter d’un dividende réduit au titre de l’exercice sous revue. Le conseil d’administration entend leur proposer lors de la prochaine assemblée général le versement de 25 centimes par titre en leur possession, contre 50 centimes un an auparavant.

Interrogé par AWP, le chef des finances de Crealogix, Philippe Wirth, s’est toutefois montré rassurant quant à l’évolution future des versements aux actionnaires. Pour l’exercice 2018/19, entamé en juillet dernier, le responsable table sur une augmentation du dividende, «pour autant que les résultats évoluent conformément à nos attentes».

Optimisme de mise

En raison d’un emprunt convertible, nous ne pouvons pas verser cette année plus de la moitié du bénéfice aux actionnaires, a expliqué M. Wirth, à l’occasion de la présentation complète des résultats de l’exercice 2017/18. Une restriction qui sera levée l’an prochain, a-t-il poursuivi.

Evoquant l’exercice en cours, le groupe zurichois se veut optimiste, tablant sur une nouvelle croissance des revenus, lesquels devraient franchir le cap des 100 millions de francs. Dans la foulée, Crealogix confirme ses objectifs à moyen terme d’une croissance des ventes annuelle supérieure à 20% et une marge Ebitda de 15%

La moitié de la croissance des revenus devrait intervenir via l’expansion organique de l’entreprise, le reste étant à mettre au compte des acquisitions, a encore noté M. Wirth. Reste que les opportunités de reprises d’entreprises dont la taille correspond aux critères sont de plus en plus rares dans le secteur. Et les charges d’intégration sont lourdes, que la cible soit une grande ou une petite firme.

Les investisseurs n’ont quant à eux guère goûté la perspective d’un dividende réduit de moitié au titre de l’exercice sous revue. Vers 09h45 à la Bourse suisse, le titre Crealogix lâchait 0,69% à 143 francs, dans un marché élargi dont l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagnait pour sa part 0,13%.

A lire aussi...