Suivi de Peugeot par Bordier

Christophe Laborde, Bordier & Cie

2 minutes de lecture

Le CA du groupe au S1 2018 est en ligne avec les attentes. Sa division Automobile historique (Peugeot Citroën DS) progresse de +11%.

Peugeot publie ce matin des résultats pour le S1 2018 que nous qualifions d’excellents tant pour la performance historique du core business que pour le retournement de situation aussi rapide qu’inattendu chez Opel. A tous les niveaux: CA, EBIT, marge, BPA, cash flow, la performance de Peugeot dépasse largement toutes les attentes avec, cerise sur le gâteau, le retour d’Opel dans le vert!

Le CA du groupe au S1 2018 (+40% à 38,6 milliards d'euros) est en ligne avec les attentes. Sa division Automobile historique (Peugeot Citroën DS) progresse de +11% à 22,1 milliards d'euros alors que la consolidation d’Opel apporte un revenu de 10 milliards d'euros et Faurecia contribue positivement (+10.9% à 9 milliards d'euros).

L’EBIT du groupe bondit de +48% à 3 milliards d'euros, soit une marge de 7,8% vs consensus à peine à 5,9%. Tout d’abord, soulignons la superbe performance opérationnelle de la division Automobile (PCD) avec une marge de 8,5% (vs 7,3% au S1 2017) supérieure aux attentes (7,7%). Ce niveau record de marge vient du levier opérationnel engendré par l’amélioration du mix produit (+377 millions d'euros) et du mix volume/pays (+259 millions d'euros) liée au succès mondial des nouveaux modèles (2008, 3008, 5008, C3, DS, véhicules utilitaires) ainsi que des économies de coûts (+281 millions d'euros). La surprise vient d’Opel qui, malgré la baisse de ses ventes, enregistre un résultat opérationnel positif (502 millions d'euros vs une perte de -500 millions l’an passé sous la gouverne de General Motors). Il est clair que la marque allemande commence à bénéficier des fortes réductions de coûts et d’actions sur les prix en place depuis un an. Cette performance d’Opel est impressionnante: la marge (certes avant restructurations!) atteint 5% alors que le consensus visait -1% et que l’objectif du groupe pour 2020 était de générer 2%.

Le bénéfice net progresse de +18% à 1,48 milliard d'euros au S1 2018, supérieur de 16% aux attentes malgré des charges de restructuration importantes (> 500 millions d'euros) et un impairment de 168 millions d'euros sur les actifs en Iran. Soulignons également que la trésorerie nette du groupe atteint 8,3 milliards d'euros à fin juin (+2 milliards) grâce à un Free cash flow de 2,6 milliards d'euros dont 900 millions provenant d’Opel.

Après d’excellents résultats en 2017, le premier semestre 2018 montre la capacité de Peugeot à délivrer une profitabilité élevée et récurrente tout en redressant Opel plus rapidement que prévu! Nous étions confiants sur les économies engrangées en 2015/16 et le déploiement de la nouvelle gamme Peugeot Citroën DS sur 2017/19 en Europe, il semble que le plan de redressement d’Opel (organisation commune des achats, accords sociaux Allemagne, réductions des coûts) donne ses premiers résultats concrets! Les usines PCD fonctionnent à des niveaux de capacité proches du maximum (forte demande pour ses modèles + lancements) et les stocks chez Opel sont maitrisés.

Suite à ce premier semestre de haute volée, le consensus va réviser à la hausse ses estimations. Nous sommes confiants sur la performance commerciale et opérationnelle du groupe pour l’ensemble de l’année 2018 et en 2019...il reste du potentiel sur le renouvellement des produits, le mix, les prix et le redressement chez Opel. La capacité du management à délivrer dans l’exécution et à surpasser ses objectifs contribue à crédibiliser sa stratégie... chaque publication le prouve! Malgré les contraintes sur le développement de son activité en Iran, Peugeot est le constructeur le plus immune aux tensions sur le commerce international (US/Europe) qui ont pesé sur le secteur Automo-bile (-7%) cette année…il en demeure aussi le meilleur performeur (+33% en absolu/+40% en relatif). A ce stade, nous conservons notre opinion positive sur le titre.