Qui aurait peur d’une courbe de rendement inversée?

Ken Orchard, T. Rowe Price

2 minutes de lecture

Au vu des projets de la Fed, la courbe est susceptible de s'inverser début 2019, ce qui sera probablement suivi d'une récession en 2021/2022.

La perspective d'une inversion de la courbe des taux américains semble susciter beaucoup de craintes. Il ne se passe pas un jour sans qu'un autre article ne spécule sur le moment où la courbe pourrait s'inverser et sur ce qui pourrait se produire si elle s'inversait. Étant donné qu'une courbe de rendement inversée est largement considérée comme indicateur de récession, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi les gens s’inquiètent - mais il faut aussi prendre du recul par rapport aux grands titres pour essayer de comprendre ce qu'une courbe de rendement inversée indique réellement, et ce qu'elle ne dit pas.

Abordons d'abord la question la plus importante : une courbe de rendement inversée est-elle un indicateur fiable d'une récession? En général, oui, mais peut-être pas exactement comme les gens le pensent. L'inversion des courbes de rendement ne provoque pas de récessions. Ils constituent toutefois une bonne indication du resserrement relatif de la politique monétaire, qui se répercute sur l'économie réelle au fil du temps. Les données montrent que les cinq dernières récessions depuis 1976 ont toutes été précédées d'une courbe de rendement inversée et que l'inversion a persisté pendant une période prolongée (habituellement au moins 10 mois). Les courbes de rendement se sont ensuite contractées avant la récession dans chaque cas.

Il est important de surveiller d'autres indicateurs,
comme les prix des produits de base et les écarts de taux.

Il convient également de souligner que, historiquement, le délai entre l'inversion d'une courbe de rendement et le début d'une récession a été variable, allant de 6 à 24 mois. Les causes des récessions sont multiples: chocs économiques, tels que les prix élevés de l'énergie, crise des subprimes aux États-Unis en 2007 ou effondrement de la bulle Internet en 2000. Quand la courbe s'inverse, si elle vient à s’inverser, il pourrait encore s'écouler un certain temps avant que l'économie américaine ne tombe en récession. Cela signifie qu'il est important de surveiller ensuite d'autres indicateurs économiques et de marché, comme les prix des produits de base et les écarts de taux, pour déceler des indices que la dynamique économique devient négative.

La courbe de rendement est-elle donc susceptible de s'inverser bientôt? Tout compte fait, je pense que cela va probablement se produire. L'écart entre les taux des bons du Trésor à deux ans et à cinq ans est déjà à zéro. Si la Réserve fédérale américaine (Fed) s'en tient à ses objectifs et augmente ses taux une ou deux fois de plus, l'impact sur l'économie réelle évoluera au cours de 2019 à mesure que les stimuli de relance budgétaire s'estomperont. Dans de telles circonstances, la courbe est susceptible de s'inverser au début de l'année prochaine, ce qui sera probablement suivi d'une récession en 2021/2022.

La Fed pourrait être encouragée
à modérer sa position sur les hausses de taux.

Une inversion de courbe et une récession ne sont toutefois pas inévitables : la Fed pourrait décider de ralentir ou même de cesser sa hausse, auquel cas l'économie pourrait être en mesure de maintenir son élan et la courbe pourrait se resserrer. Les indicateurs du marché de l’immobilier sont devenus négatifs au milieu de l'année, et on observe des signes subtils de ralentissement sur d'autres secteurs. Si la mauvaise nouvelle se répand au marché du travail, la Fed pourrait être encouragée à modérer sa position sur les hausses de taux.

Tout cela reste à voir. Pour l'instant, toute personne qui craint une inversion de la courbe de rendement ferait bien de se rappeler deux choses: premièrement, cela ne s'est pas encore produit et ne se produira peut-être pas encore; et deuxièmement, même si la courbe s'inverse, il est très difficile de prévoir le moment de toute récession ultérieure.