Des crises naissent des opportunités: l’Argentine à la peine

Oliver Bell, T. Rowe Price

3 minutes de lecture

Analyse bottom-up et top-down après une visite sur place et la rencontre du personnage clé dans les négociations avec le FMI.


©Keystone

Nous nous sommes rendus en Argentine le mois dernier afin de recueillir une meilleure analyse bottom-up et top-down de la situation critique que ce pays a connu ces derniers temps - et qui a surpris une bonne partie de la communauté financière.

La contraction des liquidités sur la scène internationale - causée par la réduction du bilan de la Réserve fédérale américaine, la hausse des taux d'intérêt américains et la hausse du dollar - a eu des répercussions sur les devises de nombreux pays émergents et marchés frontières. Elle a particulièrement touché les économies les plus dépendantes aux financements extérieurs - qui s'élèvent à 30 milliards de dollars par an dans le cas de l'Argentine.

Cette détérioration de l'environnement du marché a frappé l'Argentine au moment même où elle a connu sa pire sécheresse depuis 50 ans, durement touché la production agricole domestique et ses recettes d'exportation en dollars américains. En outre, au début de la crise, la moitié des 60 milliards de dollars américains émis par la banque centrale argentine étaient détenus par des étrangers. Alors que les billets auraient dû être utilisés exclusivement par les banques pour couvrir leurs besoins en liquidités à court terme, ils ont été abandonnés par les investisseurs externes immédiatement après le début la flambée de la devise, ce qui a aggravé la situation.

L'inflation argentine devrait atteindre environ 40%
et le pays va entrer en récession.

Fort heureusement l'Argentine dispose en matière d'investissement au sein de l'administration actuelle des meilleurs capitalistes du pays. La réponse à ce dernier épisode montre que l'Argentine a choisi la voie de l'orthodoxie pour tenter d'échapper à la déferlante de crises qui semble s'abattre sur le pays, ce à quelques années d'intervalle.

Dans un premier temps, les autorités ont utilisé les réserves pour tenter de défendre la monnaie. Suite à cela, les taux d'intérêt ont été immédiatement augmenté de 27% à 40% et un accord de confirmation du FMI de 50 milliards de dollars US a été conclu en un temps record de huit semaines seulement. 

Rencontre avec le négociateur

Nous avons eu la chance, lors de cette visite, de rencontrer la personne qui a passé un mois à Washington à discuter de l'accord avec le FMI, le chef de cabinet de l'Argentine, Ariel Sigal. Avec le soutien financier du FMI, Sigal a indiqué que les besoins de financement extérieur à l'Argentine jusqu'à fin 2019 n'étaient plus que de 3 milliards de dollars, contre 30 milliards de dollars initialement. En outre, la détention des obligations dites Lebacs par des étrangers a pratiquement disparu, la moitié des 30 milliards de dollars de Lebacs en circulation étant toujours détenue par des investisseurs privés domestiques. Bien qu'il ait été convenu avec le FMI de réduire ce montant à zéro d'ici deux ans, le gouvernement espère accélérer les choses.

Sigal a également réaffirmé l'engagement du gouvernement à honorer ses objectifs budgétaires révisés - qui devraient être en excédent budgétaire primaire d'ici 2020. Il nous a également donné quelques exemples d'autres mesures que le gouvernement pourrait prendre si l'objectif semblait irréalisable.

A la suite de notre voyage, la monnaie argentine a subi de nouvelles pressions, obligeant la banque centrale à relever les taux d'intérêt à 45%, puis à 60%.  Des mesures de resserrement budgétaire plus radicales ont également été annoncées en vue d'atteindre l’excédent budgétaire primaire en 2019. Afin de tenter de stabiliser ce qui semble être une devise fluctuante, le gouvernement est retourné au FMI pour accélérer l'aide financière et supprimer tous les besoins de financement extérieur en 2019. Il s'agit là d'une perspective positive.

De nombreuses expériences de crise

Alors qu'elle est toujours dépendante de l'environnement économique mondial, et notamment de l'évolution du dollar américain, la situation en Argentine semble s'être stabilisée pour le moment. La réponse du FMI est imminente, mais il est probable que tout sera mis en place pour aider l'administration à stabiliser la monnaie. En raison du resserrement budgétaire et monétaire, nous pensons que l'inflation argentine devrait atteindre environ 40% et que le pays va entrer en récession.

Alors que les turbulences économiques ont été marquées, les entreprises argentines ont semblé relativement sereines. Les entreprises sont habituées à faire face à des périodes de crise et ont assez bien réagi dans ce dernier épisode, notamment en réduisant les investissements et les dividendes là où c'est nécessaire afin d’augmenter les marges. 

Le rythme des réformes salvatrices devrait pouvoir s’accélérer
si Macri et réélu et obtient le contrôle de la chambre des représentants.

Par chance, de nombreuses banques ont levé des capitaux de développement vers la fin de l'année dernière, ce qui leur a permis de se doter d'une solide base financière pour traverser cette tempête. L'économie a effectivement souffert d'un statu quo court et brutal, qui entraînera une hausse des crédits non productifs, mais qui ne devrait pas conduire à une crise bancaire. Par conséquent, l'économie devrait pouvoir redémarrer dès que les pressions inflationnistes commenceront à s'atténuer l'an prochain. 

Tapage politique sur le point de s'intensifier

Lorsqu'on examine l'Argentine, la politique doit toujours être soigneusement étudiée. Le pays est sur le point d’avoir des élections générales déterminantes en octobre 2019, et le président Mauricio Macri devrait être réélu. Si Macri gagne et obtient le contrôle de la chambre des représentants, le rythme des réformes va pouvoir s'accélérer de manière significative - ce qui pourrait permettre à l'Argentine d'échapper enfin à des décennies de crises récurrentes.

Cependant, une victoire de Macri est loin d'être certaine, la plupart des observateurs avisés lui donnant aujourd'hui une chance de 50%. La crise a ébranlé sa popularité, les taux de popularité passant de plus de 50% à 36% au moment de notre visite. Cependant, si nous anticipons l'année à venir, il est possible que l'élection coïncide avec une accélération de la croissance.