Opportunités d'investissement de Julius Baer

Christian Gattiker, Julius Baer

1 minutes de lecture

Le marché des actions est un marché comme les autres. S’il y a trop d’acheteurs, même les nouvelles éco­nomiques les plus réjouissantes ne peuvent pas le faire grimper.

«Au cours des douze derniers mois, les tensions commerciales ont été le principal moteur des marchés des actions». C’est la conclusion à laquelle on aurait tendance à aboutir au regard du discours des médias et de l’évolution du marché. On pourrait même dire que «chaque fois que les conflits commerciaux ont fait la une, les cours des actions ont va­cillé. Pas besoin d’être un génie pour saisir la relation de cause à effet!».

Mon humble expérience de l’économie et des marchés des actions accumulée ces trente dernières années m’incite toutefois à penser que la relation entre les gros titres des mé­dias et les fluctuations du marché n’est pas aussi évidente. À court terme, ce ne sont pas les fondamentaux qui ont été les facteurs les plus importants pour le marché des actions, mais la perception que les investisseurs ont de ces fondamentaux. En d’autres termes, c’est l’instinct des investisseurs ou leur «esprit animal» qui a joué. Après tout, le marché des actions est un marché comme les autres. S’il y a trop d’acheteurs, même les nouvelles éco­nomiques les plus réjouissantes ne peuvent pas le faire grimper. Selon Benjamin Graham, l’un des pères de l’analyse financière, «à court terme, le marché est une machine à voter, mais sur le long terme, c’est une balance». Autrement dit, à court terme, il convient d’anti­ciper ce que les autres investisseurs pensent alors qu’à long terme, ce sont les fondamen­taux qu’il faut anticiper. Benjamin Graham avait bien raison.

Dans ces conditions, et sachant que les investisseurs ont la mémoire courte, la question qui se pose est de savoir ce qui influencera réellement les marchés financiers en cette fin de décennie. Nous tenterons d’apporter quelques éléments de réponse dans ce numéro d’Insights. Au regard des tendances de fond, l’évolution sur le plan monétaire, les défis que posent les nouvelles technologies et les problèmes d’ordre politique nous semblent bien plus parlants que le discours tapageur des médias.

Veuillez noter qu’il s’agit de l’édition estivale d’Insights. Le prochain numéro paraîtra début septembre. Nous vous souhaitons un bel été!

A lire aussi...