La chronique des marchés de Vontobel au 4 décembre

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

3 minutes de lecture

Nasdaq -0,55%, SPX -0,66%, Dow -1,01%, Russell -0,31%, SOX -1,54%, Eurostoxx -0,43%, SMI -1,12%.

Wall Street est en mode «derisking», encouragée en cela par les propos de Donald Trump qui indique être prêt à attendre encore un an avant de conclure un accord commercial avec la Chine et qu’il vaudrait probablement mieux attendre l’élection présidentielle US de novembre avant de signer. Ceci étant asséné, le marché prend rapidement conscience que les chances qu’un accord (même de phase une) soit signé avant la fin de cette année sont quasiment tombées à zéro, dont acte. Troisième journée consécutive de baisse pour l’indice S&P500 (SPX) qui clôture cela dit au plus haut du jour. D’un point de vue technique, l’indice des Transports (TRAN) est à suivre qui se pose juste au-dessus de ses moyennes mobiles à 100 et 200 jours, d’importants supports donc, sachant que le TRAN est un guide pour les autres indices, un indicateur avancé. Au chapitre des secteurs, ça se passe mal pour les bancaires, impactées par le recul de taux obligataires, qui heurtent leur profitabilité, l’indice BKX (KBW Bank Index) en baisse de 1,6%. Les valeurs liées à la Chine souffrent également, main dans la main avec les titres sensibles à la guerre commerciale en cours, tels que Caterpillar (CAT -2%), 3M (MMM -1,83%), Boeing (BA -0,83%) ou encore Apple (AAPL -1,78%). Le dollar perd du terrain, l’indice Dollar Index (DXY) recule à 97,76 alors que la paire euro/dollar remonte à 1,1077. La volatilité reprend encore plus de couleurs avec l’indice VIX qui progresse de 7% à 15,96, après avoir atteint un pic à 18 en séance. Les rendements obligataires baissent, les intervenants réinvestissant les fonds générés par la vente de leurs actions dans des obligations gouvernementales, notamment. Le rendement de l’emprunt US à 10 ans revient à 1,70%, hier matin il traitait à 1,84%. L’or revient un peu plus près des étoiles, à 1482 dollars par once. Quant au pétrole, il reste stoïque et ne baisse pas, probablement aidé en cela par la faiblesse du billet vert, le baril de WTI Light Crude évolue à 56,34 dolalrs ce matin.

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent tous dans le rouge avec Tokyo qui recule de 1,05% à  la cloche, pénalisée notamment par l’affaiblissement du dollar et donc le renforcement du yen, la paire à 108,47 ce matin. À Hong Kong l’indice Hang Seng abandonne 1,21% alors que le Shanghai Composite perd seulement 0,23%, probablement supporté par l’excellente statistique du China Caixin PMI Composite, l’indicateur des directeurs d’achats, qui progresse à 53,2 en novembre, son plus haut niveau depuis février 2018. Sur la partie des services, il fait encore mieux et avance à 53,5 contre 51,1 en octobre et des attentes à 51,2. C’est une excellente nouvelle pour l’économie mondiale, peut-être une moins bonne pour l’environnement. À Séoul, l’indice Kospi recule de 0,73%. En Europe, les marchés ouvrent sur une note neutre et le future SPX abandonne 7 points. Le mois de décembre a mal commencé, il n’y a pas le feu au lac mais chat échaudé craint l’eau froide, les investisseurs se souviennent de décembre 2018 comme si c’était hier. Le retour en grâce des obligations gouvernementales, de l’or, du yen et du franc suisse (la paire euro/suisse à 1,0923 ce matin) en sont l’illustration.

Une page se tourne, puisque Sundar Pichai, directeur général de Google, va aussi diriger la maison-mère Alphabet après que les cofondateurs Larry Page et Sergey Brin ont décidé de prendre du recul. Qualcomm écope d'une amende record en Corée du Sud, 873 millions de dollars pour pratiques commerciales inéquitables. Roche obtient le feu vert de la FDA pour une extension d'indication de Tecentriq. Mastercard annonce un rachat d’actions propres pour 8 milliards de dollars et augmente son dividende. Barclays Capital dégrade Allianz à «Equalweight», relève Zurich à «Overweight» et relève Axa à «Overweight». Les ventes de Daimler ont progressé de 13,3% en novembre. Chez BMW c’est +10,2%, chez Volkswagen +9,1%. Flughafen Zurich place 1,7 million de titres  à 167 francs, le titre traite en baisse de 3% à 170 francs.  En France Orange annonce sa nouvelles stratégie sur cinq ans, le géant des télécommunications semble trop peu ambitieux aux yeux du marché, ses projets de CAPEX (dépenses d’investissements) l’illustrent alors que la croissance de l’EBITDA ne devrait se poursuive que jusqu’en 2023, le titre en recul de 4%.

Les indices PMI des services (données finales) sont à l'honneur tout au long de la matinée en Europe puis à 15h45 aux Etats-Unis. Les autres grands indicateurs attendus aux Etats-Unis sont l'indice ADP sur l'emploi (14h15), l'ISM des services (16h00) et les stocks pétroliers hebdomadaires (16h30). Ce matin, l'Australie a annoncé que la croissance de son PIB au troisième trimestre a atteint 0,4% (consensus 0,5%).

La colonne «Heard on the Street» du Wall Street Journal est prudente sur l'économie américaine en 2020 – le WSJ indique que la plupart des économistes prédisent une croissance lente mais régulière pour l'économie américaine en 2020, mais ces prévisions sont basées sur l'hypothèse que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine s'atténueront. Les événements récents ont jeté le doute sur cette hypothèse. De plus, la Fed pourrait avoir moins à offrir avec la fourchette cible actuelle des taux à un jour à 1,5-1,75 %. (WSJ)

Le 12 décembre approche, les derniers sondages montrent que les conservateurs conservent (…) leur avance sur le parti travailliste. La livre décolle, le Câble à 1,3034, on n’avait plus vu un tel niveau depuis le mois de mai.