La chronique des marchés de Vontobel au 3 décembre

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq -1,13%, SPX -0,86%, Dow -0,96%, Russell -1,04%, SOX -1,46%, Eurostoxx -2,08%, SMI -1,38%.

Wall Street est rappelée à l’ordre par le Président des Etats-Unis dans ce qui ressemble fichtrement à une offensive coordonnée. C’est Donald Trump lui-même qui dégaine le premier en annonçant restaurer les surtaxes douanières sur l’acier et l’aluminium en provenance d’Argentine et du Brésil, pointés du doigt par Trump pour avoir dévalué leurs monnaies et pénalisé de facto les agriculteurs américains. C’est ensuite au tour du Secrétaire au Commerce du gouvernement américain, Wilbur Ross, de rappeler à Pékin que, faute d’un accord commercial, Washington durcira ses taxes à l’importation. Enfin l’administration américaine menace de taxer 2,4 milliards de dollars de produits en provenance de France, une mesure de rétorsion à la taxe sur les entreprises numériques. Il faut ajouter à cela une statistique économique décevante concernant l’activité manufacturière aux Etats-Unis. L'indice ISM manufacturier est ressorti à 48,1 en novembre, contre 49,4 de consensus et après 48,3 en octobre. Cet indice déprimé traduit une contraction de l'activité manufacturière américaine, et ce pour le quatrième mois consécutif, alors que les économistes s'attendaient à une légère amélioration de la situation. Ceci étant dit, on peut relativiser cette statistique car on observe depuis peu un rebond de l’activité de CAPEX (investissement des entreprises) ainsi que des signes d’amélioration du sentiment des chefs d’entreprises, notamment en Chine et en Europe, l’Europe qui prend acte hier d’un indice PMI manufacturier en légère amélioration dans la zone euro en novembre, même s'il traduit toujours une contraction (46,9 après 45,9 en octobre).

Dans ce contexte d’ambiance bien plombée, de début du mois de décembre (la fin terrible de l’année 2018 est encore dans les esprits), d’indices traitant à des niveaux records et en l’absence de véritables bonnes raisons de progresser encore plus vers le nord, les indices corrigent quelque peu fort logiquement. L’indice S&P500 (SPX) recule de 0,86%, sa pire performance journalière en deux mois, c’est dire si ces dernières semaines les marchés n’ont connu qu’une direction… Le Nasdaq100 (NDX) est pénalisé par les secteurs du nuage et des logiciels, qui font l’objet de prises de bénéfices. Le secteur aérien souffre de l’approche de l’audition du patron de la FAA (Federal Aviation Administration) devant le Congrès le 11 décembre. Les titres de l’acier profitent de l’annonce de Donald Trump sur l’acier et l’aluminium, les minières apprécient la bonne statistique chinoise du weekend (PMI) et les valeurs de l’énergie profitent de l’allusion faite par l’Iraq d’annoncer une baisse supplémentaire de production lors du sommet de l’OPEP des 5 et 6 décembre à Vienne.

La volatilité décolle, l’indice VIX en hausse de 18,1% à 14,91, ce qui reste un niveau abordable dans l’optique de couvrir une exposition aux actions. Le dollar souffre de la statistique économique du jour, la paire euro/dollar remontant à 1,1077 alors que les investisseurs achètent un peu de protection et font remonter l’or à 1461 dollars par once. Le pétrole est relativement stable à 56,26 dollars le baril de WTI Light Crude. Le rendement de l’emprunt recule légèrement, à 1,82%, là encore les intervenants se protègent quelque peu mais on n’observe pas réellement un retour de la peur dans les marchés.

Les ventes du «Cyber Monday» ont atteint un record de 9,2 milliards de dollars, mais les efforts des magasins physiques pour s'adapter à la demande semblent aussi payer pour eux. Fiat Chrysler a subi une baisse de 4,3% de ses immatriculations en Italie en novembre, dans un marché en hausse de 2,2%. L'Italie a accordé un prêt-relais de 400 millions d’euros pour assurer la survie d'Alitalia, en attendant une solution de renflouement. EasyJet réintègre le FTSE 100 à la place d'Hiscox. Old Dominion Freight remplace SunTrust Banks dans le S&P500. Logitech: AlphaValue reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 48,30 à 50,60 francs. LVMH: Independent Research reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 450 à 480 euros. MainFirst reste neutre avec un objectif de cours relevé de 400 à 435 euros. Michelin: HSBC passe d'acheter à conserver en visant 125 euros.

Ce matin, la banque centrale australienne a, comme prévu, laissé inchangés son taux directeur. Les prix à la production dans la zone euro (11h00) suivront. Aucun indicateur n'est prévu aux Etats-Unis aujourd'hui.

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent globalement dans le rouge, en sympathie avec les marchés US. Tokyo recule de 0,64% à la cloche, le dollar/yen se situe à 109,09. Hong Kong abandonne 0,26% alors que Shanghai parvient à progresser de 0,31%. A Séoul, l’indice Kospi recule de 0,38%. Les marchés d’actions européens ouvrent en légère hausse alors que le future SPX progresse de 4 petits points.