La chronique des marchés de Vontobel au 28 novembre

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Dow +0,15%, S&P 500 +0,42%, Nasdaq +0,66%, Russell 2000 +0,61%, Sox +0,73%, Eurostoxx +0,20%, SMI +0,21%.

Wall Street termine sa séance sur de nouveaux sommets historiques, à la veille d’un jour férié aujourd’hui pour Thanksgiving, qui sera suivi d’une séance écourtée demain. Les investisseurs saluent l’annonce d’une série d’indicateurs macro-économiques solides, dont la révision à la hausse de la croissance du troisième trimestre aux Etats-Unis. Les marchés continuent en outre de parier sur la signature proche de l’accord commercial de «Phase 1» tant attendu entre Washington et Pékin. Le retour en force des fusions et acquisitions (M&A) rassure et entretient le sentiment positif actuel du marché. Et puis ce n’est pas tout. Avec des indices en hausse de 20 à 25% depuis le premier janvier et à l’approche de la fin de l’année, c’est un vieil ami des bulls (haussiers) qui fait son retour, le FOMO, acronyme de Fear Of Missing Out, la peur de ne pas en être et, surtout, de perdre la face lors des revues de début d’année si l’on n’a pas investi suffisamment dans le marché des actions en 2019. Les volumes d’échanges fondent comme prévu, la courbe des taux s’aplatit quelque peu, le dollar est recherché avec une paire euro/dollar qui se pose pile sur le niveau des 1,10. Peu ou pas de mouvements sur l’or qui reste à 1457 dollars par once, ainsi que sur le pétrole, qui traite ce matin à 57,69 dollars le baril de WTI Light Crude. Deere (DE US) recule de 4,3%. La firme de Moline publie des comptes en déclin pour son Q4. Sur cette période close début novembre 2019, le groupe a réalisé un bénéfice par action de 2,14 dollars, contre 2,30 dollars un an plus tôt et 2,13 dollars de consensus. Deere table désormais, pour son exercice fiscal 2020, sur un bénéfice net allant de 2,7 à 3,1 milliards de dollars. Le consensus était de 3,5 milliards. Under Armour (UA US +6,16%) après que Raymond James l’a relevée à «Strong Buy».

On fait un petit détour par l’Europe avec une observation quant au MSCI Europe Excluding United Kingdom Index, qui casse une résistance qui tenait depuis…20 ans! Compte tenu de la surpondération massive des actions mondiales dans le marché US, une surperformance de l’Europe constituerait le parfait «pain trade», la prise à contrepied du plus grand nombre. Retour en force annoncé des actions européennes après 20 ans d’absence?

Deutsche Telekom n’a pas réagi aux rumeurs du Handelsblatt selon lesquelles l’opérateur examine un mariage avec Orange, alors que le Français a écarté l’existence d’un tel projet. Telefonica va se concentrer sur l’Europe et le Brésil en filialisant ses autres activités en Amérique Latine en vue d’une scission. AMS exhorte les actionnaires d’Osram à apporter à son offre à 41 euros qui expire le 5 décembre, avec pour l’heure des taux d’apport très faibles. Le fonds Lone Stars serait entré en négociations exclusives en vue de racheter la division chimie de la construction de BASF, qui pourrait valoir 3 milliards d'euros, a appris Reuters.

En l’absence de statistiques américaines, Thanksgiving oblige, les investisseurs se focaliseront sur le PIB suisse (sorti à +0,4% au troisième trimestre contre des attentes de 0,2%), la masse monétaire M3 en zone euro (10h00) et l’inflation allemande de novembre (14h00).

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent dans le rouge avec Tokyo qui recule de 0,12% à la cloche, le dollar/yen est à 109,40. Shanghai abandonne 0,47% alors que Hong Kong rend 0,22% mais pas Alibaba, qui ne cesse d’être recherchée et bondit de 5,6%. A Séoul, l’indice Kospi recule de 0,43%. En Europe, les indices ouvrent dans un état d’esprit automnal, l’Eurostoxx reculant de 0,25% alors que le future SPX baisse de 10 points.

Pas de Wall Street aujourd’hui donc et une demi-séance demain, Happy Thanksgiving à mes amis américains!