La chronique des marchés de Vontobel au 21 novembre

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

3 minutes de lecture

Nasdaq -0,51%, SPX -0,38%, Dow -0,40%, Russell -0,42%, SOX -1,2%, Eurostoxx -0,34%, SMI +0,19%.

Wall Street effectue une rotation des actions vers les obligations, dans de forts volumes d’échanges. Le marché s’impatiente et commence à intégrer l’idée qu’un accord, même de phase une, entre Pékin et Washington, n’interviendra pas avant l’an prochain. Dans ce contexte, les intervenants peuvent logiquement s’inquiéter, les indices sont au plus haut et une nouvelle tranche de produits chinois est supposée être taxée dès le 15 décembre. Donald Trump fait du Donald Trump en indiquant que la Chine a plus envie d’un accord que lui et qu’elle n’est pas à la hauteur. A Pékin on calme le jeu comme très souvent, le vice-Premier ministre Liu He se disant prudemment optimiste mais confus au sujet des demandes américaines. Dans ce contexte, le marché des actions ne dispose plus d’aucune raison un tant soit peu valable de progresser vers de nouveaux sommets. La saison des résultats de sociétés touche à sa fin, elle fut excellente mais est intégrée dans les prix. A ce propos, une bonne surprise vient du secteur de la consommation hier avec Target et Lowe’s qui progressent de 14,06% respectivement de 3,9% suite à leurs résultats. Hier on craignait le pire suite aux résultats désastreux de Home Depot, notamment, mais les chiffres d’hier permettent de penser que ce n’est pas l’industrie mais plutôt Home Depot qui bat de l’aile. On reste dans le secteur de la consommation en rappelant à tout un chacun que les pseudos bonnes affaire de l’année approchent.  En effet, le Black Friday c’est la semaine prochaine. Pour mémoire le Black Friday consiste à outrageusement gonfler le prix de ses produits dans un premier temps, puis de les réduire fortement le temps d’un vendredi afin de faire croire au consommateur lambda qu’il fait une affaire.

Pour en revenir au marché, on assiste donc à un recul général des indices. Regardez les transports (TRAN) qui abandonnent 1,4%. Le TRAN est indicateur avancé et a déjà perdu 5% depuis son plus haut récent. Les  indices S&P500 (SPX) et NYFANG subissent leur signal de vente Tom Demark et on privilégie les secteurs de l’énergie (inventaires hebdomadaires) et de la… marijuana avec Canopy Growth (WEED) qui décolle de 15,7% après une note positive publiée par Merrill Lynch. Les titres de la tech et des materials sous-performent. Le Crédit reste stable, le dollar aussi avec la paire euro/dollar à 1,1072 et le rendement de l’emprunt US baisse à 1,70% (rotation) pour revenir à 1,73% ce matin. La courbe des taux US s’aplatit quelque peu. Les minutes de la Fed, publiée hier soir, constituent un non-événement et nous indiquent que Jerome Powell et ses collègues ont terminé leur cycle de baisses de taux, jusqu’à ce que ce dernier recommence…en clair, la Fed est prête à dégainer une nouvelle baisse de taux si cela s’avère nécessaire. La volatilité reste stable, l’indice VIX à 12.78, le pétrole remonte à 57 dollars le baril de WTI Light Crude et l’or se languit à 1471 dollars par once. Apple recule avec le marché mais la déclaration de Donald Trump ne passe pas inaperçue, qui indique hier envisager d’exempter la firme de Tim Cook des droits de douane sur les produits importés de Chine. Après la clôture, Tiffany progresse de 3,6%, LVMH a augmenté son offre à près de 130 dollars par titre et obtenu du coup accès au comptes de Tiffany.

Dans le cadre de l'IPO Aramco, la plupart des banques étrangères auraient été marginalisées dans le processus, annonce le Financial Times, hormis HSBC, qui réalise les principales opérations avec les banques locales Samba et NCB. Google a décidé de bloquer la possibilité pour les annonceurs d'accéder à certaines données dont ils se servent pour cibler leurs publicités politiques. Fiat Chrysler est attaqué en justice aux Etats-Unis par General Motors, qui l'accuse de corruption dans le cadre de négociations avec le syndicat UAW, dont le président a été démis de ses fonctions après des accusations de manipulations comptables. L'administration américaine a autorisé des entreprises à la bannière étoilée à reprendre la vente de composants à Huawei. Uber va proposer d'enregistrer les conversations pendant les trajets.

Le compte rendu de la réunion de la Banque centrale européenne d'octobre, la dernière de l'ère Draghi, ne devrait pas apporter beaucoup d'enseignements lorsqu'il sera divulgué à 13h30. Aux États-Unis, plusieurs indicateurs sont attendus, dont l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie et les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30), les chiffres de l'immobilier ancien et l'indice des indicateurs avancés (16h00).

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices traitent tous dans le rouge. Tokyo recule de 0,48% en clôture avec un dollar/yen à 108,58. Shanghai rend 0,25% et Hong Kong abandonne 1,5%. Alibaba a pricé son IPO à 176 HKD et commencera à traiter dans le marché secondaire le 26 novembre sous le code 9988 HK. Notez la présence de deux chiffres 8 dans le code, un porte-bonheur pour les Chinois. Et devinez quoi, une action BABA listée aux Etats-Unis correspond à… 8 Honkongaises! La tranche «retail» de l’émission a été couverte 40 fois, ce qui a momentanément détourné du cash du marché. À Séoul, l’indice KOSPI recule de 1,35% et a comblé son gap à 2105 points. En Europe les indices ouvrent en recul d’environ 0,6% alors que le future SPX abandonne 7 points.

Rien ne va plus en France où la Française des Jeux va faire ses grands débuts boursiers ce matin à 9h30. Plus de 500'000 Français ont souscrit à l’émission. Le montant brut de la cession de 52% du capital par l’Etat avoisine 1,9 milliard d’euros. L’action FDJ est introduite à 19,90 euros. En résumé, l’Etat touche le jackpot et les petits porteurs sont ravis, qui bénéficient d’un rabais de 2% et toucheront une action gratuite pour dix détenues dès lors qu’elles auront été conservées pendant dix-huit mois. Retour à la vraie vie dès 9h30, faites vos jeux!