Bourses européennes en attente d’avancées sur le conflit sino-US

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 a perdu 0,12%.

Les Bourses européennes ont temporisé jeudi, en baisse ou très faible hausse, dans un marché en attente de nouvelles informations sur le conflit commercial sino-américain.

En Allemagne, où le Dax a perdu -0,65% à 13.054,80 points, «il manque de nouvelles impulsions», a commenté Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect. Cette situation atone «risque de continuer» tant «qu’il n’y a rien de neuf» dans le différend commercial entre la Chine et les Etats-Unis, ajoute-t-il.

En France, le CAC 40 a terminé stable à 5.801,55 points (+0,03%).

«Nous sommes vraiment dans une période très court-termiste de chaud-froid avec très peu de contenu ou d’indications supplémentaires entre le moment où Donald Trump nous dit qu’un accord pourrait prendre encore un an (...) et du très court terme où les Chinois jouent un peu au +good cop+ (gentil policier)», a observé auprès de l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo BHF Securities.

A Wall Street vers 18H25 (17H25 GMT), le Dow Jones Industrial Average perdait 0,22%, l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,13% et l’indice élargi S&P 500 0,03%.

L’Eurostoxx 50 a perdu 0,12%.

Du côté des valeurs

COFACE S’ENVOLE

En France, Coface a fini en tête de l’indice SBF 120 avec un bond de 5,09% à 10,53 euros, profitant de l’autorisation donnée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) d’utiliser son modèle interne partiel pour le calcul de son besoin de capital réglementaire en matière de solvabilité, une étape clé dans la réalisation de son plan pour améliorer l’efficacité de son modèle.

LA SIPH VA QUITTER LA BOURSE PARISIENNE

La Société internationale de plantation d’hévéas (SIPH), numéro un de la production de caoutchouc en Afrique, va être retirée de la Bourse de Paris le 10 décembre, a annoncé jeudi l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Les deux principaux actionnaires de la SIPH, le français Michelin et l’ivoirien Sifca, ont désormais acquis suffisamment du capital - 93,57% à eux deux dont 55,59% pour Sifca et 37,98% pour Michelin - pour imposer ce retrait. Le retrait se fera à 85 euros par action, a annoncé l’AMF.

ASTON MARTIN N’ATTEND PAS

Si pour James Bond, «mourir peut attendre», sa marque automobile fétiche Aston Martin s’est envolée dès jeudi à la Bourse de Londres, après des informations de presse évoquant l’intérêt d’un milliardaire canadien, Lawrence Stroll. Elle a pris 18,21% à 594,60 pence.

Selon le magazine spécialisé Autocar, qui ne cite pas ses sources, le propriétaire de l’écurie de F1 Racing Point prépare une offre pour prendre une participation majoritaire dans Aston Martin. Il pourrait profiter de la faiblesse de l’action, qui n’a eu de cesse de dégringoler depuis l’entrée en Bourse fin 2018.

LA LIVRE PESE SUR LES MULTINATIONALES

«La hausse de la livre est un frein pour les valeurs britanniques», a expliqué jeudi David Cheetham, analyste chez XTB. Cette hausse a pour effet de réduire la valeur des résultats réalisés à l’étranger par les multinationales qui publient leurs comptes en livres. Le fabricant de spiritueux Diageo a perdu 0,79% à 3.059 pence et le cigarettier Imperial Brands 1,07% à 1.688,80 pence.

Les indices en un coup d’oeil

Paris - CAC 40: +0,03% à 5.801,55 points
Francfort - Dax: -0,65% à 13.054,80 points
Londres - FTSE 100: -0,70% à 7.137,85 points
Milan - FTSE MIB: -0,28% à 22.969,40 points
Madrid - IBEX 35: -0,17% à 9.255,30 points
Lisbonne - PSI 20: +0,16% à 5.132,51 points
Bourse suisse - SMI : +0,28% à 10.363,50 points
Amsterdam - AEX: +0,08% à 591,44 points
Bruxelles - BEL 20: -0,06% à 3.887,14 points