COVID-19: le comité de Bâle appelle à la vigilance des banques

AWP

1 minutes de lecture

L’organisme chargé de la réglementation bancaire va envisager des mesures pour veiller à ce que les banques tiennent le choc.

Le comité de Bâle, l’organisme chargé de la réglementation bancaire, a appelé vendredi à la vigilance face à l’impact économique de la pandémie de coronavirus et va envisager des mesures pour veiller à ce que les banques tiennent le choc.

«La propagation du Covid-19 a atteint une phase critique et a un impact de plus en plus significatif sur l’activité économique», a averti ce comité qui s’est réuni vendredi par téléconférence pour discuter des répercussions de la crise pour le système bancaire.

«Le système bancaire mondial dispose de niveaux de capitaux et de liquidités significativement plus élevés», a souligné ce comité, dont la mission a été de redéfinir les règles applicables aux banques au lendemain de la crise financière de 2007-2008.

Le système est aujourd’hui en meilleure posture «pour absorber les chocs» mais «les banques et autorités de contrôle doivent rester vigilantes compte tenu de la nature changeante du Covid-19 pour s’assurer que le système bancaire mondial résiste sur le plan financier et opérationnel», a-t-il mis en garde.

Le Comité de Bâle a entre autres appelé les banques à s’appuyer sur le matelas de liquidités et de capitaux qu’elles ont été obligées de renforcer afin de pouvoir faire face à une nouvelle période de crise et ainsi remplir leur mission de soutien à l’économie.

Le système financier a été mis à rude épreuve avec plusieurs journées noires en Bourse depuis que le coronavirus a été qualifié de pandémie, les vastes mesures de restrictions soulevant de vives inquiétudes quant à la liquidité des entreprises et l’économie mondiale.

Les gouvernements ont multiplié les annonces de mesures de soutien pour tenter d’amortir les turbulences, les grandes banques centrales venant également à la rescousse avec une deuxième action concertée vendredi.

Le Comité de Bâle continue d’évaluer les implications de la pandémie en coordination avec le conseil de stabilité financière, un des autres grands acteurs de la réforme bancaire, et les autres autorités de régulation, et va de nouveau se réunir dans les prochains jours pour envisager d’autres mesures.

Il a dans l’immédiat suspendu les travaux en cours.

Aux lendemains de la crise financière de 2007-2008 marquée par le faillite de la banque américaine Lehman Brothers, le Comité de Bâle et le Conseil de stabilité financière, basés à Bâle, en Suisse, avaient été chargés de renforcer les règles applicables aux banques pour les rendre moins vulnérables.

A lire aussi...