Une multi-stratégie thématique

Salima Barragan

1 minutes de lecture

AtonRâ Partners assemble sous une ombrelle la quasi-totalité de ses stratégies avant-gardistes. Le point avec Christophe Magnin.

Une première pour la société de gestion genevoise, AtonRâ Partners a lancé en juillet un fonds qui reprend sous un format UCITS toutes les thématiques prometteuses déjà proposées sous forme de certificats: l’intelligence artificielle et la robotique, la fintech, les paiements mobiles, les énergies renouvelables, la biotechnologie, la sécurité et l’espace, et enfin la bionique, un thème d’avenir sur lequel nous avions déjà dédié un article. «L’idée était d’offrir notre expertise combinée dans un seul produit et d’atteindre ainsi une nouvelle base d’investisseurs», explique Christophe Magnin, Portfolio Manager. Avec 108 millions de dollars US d’encours à son lancement, le fonds pèse 158 millions après trois mois d’activité.

«En 2014, nous sommes passés d’une activité
de recherche pure à la gestion de portefeuilles.»

Chaque thématique se concentre en moyenne sur 25 sociétés de croissance; des capitalisations boursières d'une taille médiane de 12 milliards de dollars US. Malgré un biais marqué sur les Etats-Unis, l’agrégation des stratégies offre un produit diversifié avec des effets de décorrélation: «Par exemple, lorsque la santé performe mieux que la technologie», commente Christophe Magnin, membre d’une équipe de gestion peu commune sur la place genevoise. «En 2014, nous sommes passés d’une activité de recherche pure à la gestion de portefeuilles. Notre équipe se compose principalement d’ingénieurs et de scientifiques qui nous donnent leurs points de vue sur les avantages compétitifs des technologies émergentes. Puis dans un deuxième temps, le portfolio management conduit les contrôles financiers usuels comme, par exemple, la structure de la dette et la visibilité des revenus», ajoute-t-il.

Des stratégies qui prospèrent de l’actualité

Le choix d’investir dans la transition numérique s’est avéré être un pari payant. «Le coronavirus a accéléré la demande d’accès aux solutions sur le cloud, qui ont nécessité davantage d’infrastructures en data center, une évolution positive pour notre exposition aux semiconducteurs dans la thématique intelligence artificielle», relève Christophe Magnin.

«Les élections américaines seront un catalyseur
pour notre nouvelle thématique sur l’économie verte.»

Les pôles de la santé et des énergies renouvelables bénéficient aussi des plans de relance annoncés par les Etats-Unis et l’Europe. «Les élections américaines seront un catalyseur pour notre nouvelle thématique sur l’économie verte que nous proposerons également sous format UCIT en 2021 car nous observons un momentum sur les investissements durables», explique-t-il.

Impactées par la pandémie sur leurs résultats du premier trimestre, certaines sociétés prometteuses en portefeuille ont ensuite publié des résultats semestriels plutôt encourageants. A titre d’exemple, Square qui fournit des solutions de paiement numérique entres les marchands en ligne et l’écosystème financier, a développé l’application «Cash App» de paiements Peer-to-Peer devenue très populaire lors du confinement. «Square, qui a participé au programme de prêts américains pour les petites entreprises affectées par le coronavirus (Paycheck Protection Programme) a fourni 900 millions de dollars de prêts relais fidélisant ainsi de nouveaux clients», commente-t-il.

A lire aussi...