Les stratégies absolute return de Fisch AM franchissent la barre du milliard

Communiqué, Fisch Asset Management

1 minutes de lecture

«Nous nous réjouissons du vif succès remporté par notre approche auprès des investisseurs institutionnels», a commenté Robert Koch.

Les stratégies absolute return de Fisch Asset Management, le spécialiste suisse des emprunts convertibles, obligations d’entreprises et solutions absolute return , ont franchi la barre du milliard de francs au cours du deuxième trimestre 2020. Y ont contribué une évolution stable pendant la crise sanitaire ainsi que l’intérêt accru des investisseurs pour la philosophie absolute return si particulière de Fisch, qui mise sur le haut rendement et les emprunts convertibles.

«Nous nous réjouissons du vif succès remporté par notre approche auprès des investisseurs institutionnels et d’avoir franchi ce seuil symbolique. La gestion active et la diversification efficace des portefeuilles jouent un rôle déterminant dans la performance des investissements, comme l’a confirmé la situation exceptionnelle actuelle liée au Covid-19. C’est la raison pour laquelle les stratégies absolute return devraient constituer une composante durable des portefeuilles», explique Robert Koch, Senior Portfolio Manager dans le domaine des stratégies absolute return/multi-asset chez Fisch Asset Management.

Les stratégies absolute return attractives dans le haut rendement et les emprunts convertibles dégagent des rendements similaires à ceux des actions

«Nos stratégies absolute return visent un rendement élevé ajusté du risque dans n’importe quel environnement de marché. En conséquence, nous mettons l’accent sur la stabilité des revenus en construisant des portefeuilles liquides dotés d’un faible risque de concentration. Le risque de timing, autrement dit le risque d’entrer sur le marché ou d’en sortir au mauvais moment, est ainsi réduit. À cet égard, Fisch Asset Management mise sur son expertise du haut rendement et des emprunts convertibles pour proposer une approche originale. Les deux classes d’actifs dégagent des revenus proches de ceux des actions, mais présentent de meilleurs rendements corrigés du risque compte tenu de leur volatilité moindre, ce qui offre un potentiel d’alpha supplémentaire aux investisseurs», ajoute le gérant de fonds.

Rôle stabilisateur pendant la crise

Les éléments stabilisateurs activement gérés qui sont inhérents aux stratégies absolute return montrent leur efficacité, notamment en période de crise comme celle que nous connaissons actuellement. Les emprunts d'État les mieux notés et les stratégies de suivi de tendance sont négativement corrélés aux primes économiques en période de tensions, ce qui a un effet stabilisateur sur le portefeuille. «Nous nous réjouissons que cette stratégie ait pu prouver son efficacité et occupe le haut du classement Morningstar cette année. Durant la correction, la sous-pondération des actions obtenue en réduisant l’exposition aux emprunts convertibles et au haut rendement a porté ses fruits. D’autre part, l’allocation au suivi de tendance a limité les pertes. L’augmentation ciblée de l’exposition aux actions fin mars a constitué une autre source de performance importante. Le portefeuille a ainsi pu participer fortement au rebond. Par la suite, les pertes essuyées depuis le début de l’année ont été comblées fin mai et un nouveau plus haut a été atteint en juillet. La hausse de la demande nous semble refléter un changement de mentalité chez les investisseurs : l’investissement est un marathon, pas un sprint, et avec une attention spéciale à la prévention des pertes, notre approche absolute return ouvre précisément la voie à des rendements attractifs.»

A lire aussi...