Une série de défaites

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les dommages causés par les tensions sino-US pourraient s'avérer difficiles à réparer, ce qui nuirait aux Américains.


©Keystone

Les guerres commerciales sont rarement de bon augure, et ne sont jamais faciles à gagner. Elles ont plutôt tendance à engendrer des pertes économiques de toutes parts, causant à la fois des dommages à court terme et à long terme. Nous avons déjà expliqué pourquoi en détail (voir l'édition spéciale du CIO du 17 mai 2018). Cependant, il faut souvent un certain temps avant que les effets ne se fassent pleinement sentir dans les statistiques commerciales.

Comme le montre notre «graphique de la semaine», les exportations chinoises vers les Etats-Unis ont plutôt bien résisté en termes de valeur depuis que les deux camps ont commencé à imposer des droits de douane en juillet 2018. Elles restent plus élevées de 8% par rapport à l'époque où le président Trump est entré en fonction. Pendant ce temps, les exportations américaines vers la Chine ont chuté depuis le début des hostilités et restent inférieures de 8% à celles de janvier 2017.

Il est facile d’expliquer ces chiffres: au cours des 20 dernières années, la Chine est devenue un producteur dominant non seulement dans une vaste gamme de biens de consommation finis, allant des vêtements et des jouets à l'électronique, mais aussi dans de nombreux sous-composants. Comme le monde l'a douloureusement appris depuis le début de la pandémie de COVID-19, cela inclut des articles essentiels tels que les masques faciaux ainsi que les composants actifs de nombreux produits pharmaceutiques.

Le transfert de la production hors de Chine
exige beaucoup de temps et d'investissements.

Essayer de limiter cette dépendance peut sembler être une bonne idée. En effet, un «guerrier» plus réfléchi aurait pu commencer par acquérir une certaine autosuffisance en matière de produits de première nécessité. Toutefois, le transfert de la production hors de Chine exige beaucoup de temps et d'investissements. Grâce à ses avantages en termes de coûts à mesure que la production s'intensifie, les prix sont de plus en plus déterminés par la Chine. Comme l'a récemment souligné The Economist1, les premiers signes d'une délocalisation de la production se manifestent avec l'augmentation des importations américaines en provenance d'autres pays d'Asie du Sud-Est1. Il s'agit toutefois d'un processus lent, les consommateurs américains devant payer la note en raison de la hausse des prix.

En revanche, les Etats-Unis exportent principalement un mélange de produits de base tels que le pétrole (pour lequel la Chine a pu rapidement trouver de nouveaux fournisseurs ailleurs, à peu de frais) et des produits et services de plus grande valeur. Ces derniers souffrent du fait que les contrôles de plus en plus stricts des exportations de technologies américaines font passer les entreprises américaines pour des fournisseurs peu fiables2. Il reste à voir si ces mesures aideront le président Trump sur le plan politique tout en cherchant à se faire réélire. Toutefois, même s'il perd, les dommages causés par les conflits commerciaux pourraient s'avérer difficiles à réparer.

Statistiques commerciales entre les Etats-Unis et la Chine

Bleu: Les exportations chinoises vers les Etats-Unis
Vert: Importations chinoises aux Etats-Unis
*Total mobile sur 12 mois en dollar

 

1 https://www.economist.com/briefing/2020/05/14/covid-19s-blow-to-world-trade-is-a-heavy-one 
2 Les problèmes pratiques et logistiques ne semblent pas non plus avoir fait l'objet d'une grande attention. Comme l'a récemment souligné le South China Morning Post (29 avril 2020): «Il n'y a qu'un seul agent de contrôle des exportations américaines actuellement en poste à Pékin, et s'il est entendu que les autorités en embauchent un deuxième pour faire face à un volume d'inspections plus important, des retards et des goulots d'étranglement sont à prévoir». Voir: https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/3082180/us-china-decoupling-be-accelerated-tightening-technology

A lire aussi...