Opportunités générées par les obligations à haut rendement en 2021

Kyle Kloc, Fisch Asset Management

1 minutes de lecture

Après l'énorme propagation en mars, les valorisations se rapprochent à nouveau de leurs niveaux d'avant la pandémie grâce à une reprise sans précédent.

Nous prévoyons que les obligations à haut rendement généreront des rendements positifs en 2021. Compte tenu de la combinaison de taux d'intérêt toujours bas, de spreads déjà plus serrés proches de leurs niveaux moyens historiques, et des préoccupations concernant la structure du capital dans certains segments du marché (notamment l'énergie, le commerce de détail et les loisirs) dans le sillage de la pandémie, nous en arrivons à penser que le rendement total des obligations à haut rendement se situera dans la partie inférieure à un chiffre en 2021. Dans le même temps, nous nous attendons à ce que la volatilité reste contenue grâce à de nouvelles mesures de relance budgétaire et monétaire, tant que la lutte contre la pandémie de Covid 19 ne connaîtra pas de revers sévère.

Après l'énorme propagation en mars, les valorisations se rapprochent à nouveau de leurs niveaux d'avant la pandémie grâce à une reprise sans précédent. Toutefois, la diminution du risque de propagation due à la pandémie et à la détresse des actifs dans le contexte actuel de taux d'intérêt bas devrait, selon nous, entraîner un nouveau resserrement de la marge en 2021. Nous préférons les obligations notées B aux obligations notées CCC, car nous pensons que le resserrement dans le segment des CCC a déjà été très important. Nous pensons également que le papier noté B présente le meilleur profil risque-rendement au cas où l'amélioration de la qualité du crédit et la normalisation attendues en 2021 ne se concrétiseraient pas. Les obligations notées BB peuvent en outre être recherchées par les investisseurs dans le segment des titres de qualité, qui étendent leur recherche de rendement aux catégories de notation inférieures.

Nous avons une légère préférence pour les obligations européennes à haut rendement au début de l'année. À notre avis, le segment européen du haut rendement a un peu plus de marge de manœuvre pour le resserrement de la propagation que le segment américain post-pandémie. Elle comprend également un plus grand nombre d'émetteurs de qualité supérieure et n'est pas aussi fortement axée sur les produits de base, notamment l'énergie. Nous nous attendons à ce que les taux de défaillance diminuent par rapport au pic de la pandémie et se rapprochent de leur moyenne à long terme d'environ 4%. Toutefois, à notre avis, il est peu probable qu'elles tombent en dessous de leur moyenne à long terme pour le moment, car les entreprises pourraient encore avoir des problèmes avec leur structure de capital en raison de la pandémie. Cela est particulièrement vrai pour le secteur de l'énergie, qui souffre également de la persistance de prix bas.

A lire aussi...