Le phénomène des «Meme stocks»

Charles-Henry Monchau, FlowBank

3 minutes de lecture

La bulle sur certaines petites capitalisations US n’est pas seulement l’œuvre des r/WallStreetBets. Certains institutionnels n’y seraient pas étrangers.


© Keystone

Le mois de janvier a été marqué par plusieurs événements de «short squeeze», dont l’emblématique affaire GameStop avec la montée en puissance du buzz sur les réseaux sociaux. Pour rappel, un short squeeze consiste à des rachats forcés de titres qui avaient été préalablement vendus à découvert. Dans le cas de GameStop, certains hedge funds avait construits des positions «short» très importantes. Cette situation n’avait pas échappé à des forums sociaux spécialisés sur les marchés financiers – dont celui des r/wallstreetbets1 sur Reddit.

Source de nouvelles idées d’investissement pour les boursicoteurs américains, le forum a également permis de fédérer les lecteurs et de créer un gigantesque mouvement acheteur sur le titre GameStop. Les néo-traders avaient alors pris fait et cause pour GameStop et s’étaient lancés à l’assaut des fonds spéculatifs dans un combat digne de David contre Goliath. C’est ainsi qu’est né la folie des «meme stocks», c’est-à-dire l’intérêt soudain pour des titres dont le prix résulte de l’activité virale des réseaux sociaux et forums plutôt que de leurs fondamentaux. La plupart du temps, il s’agissait de titres dont le positionnement short semblait trop élevé et donc en proie à des rachats forcés par les hedge funds. Cibles favorites: AMC et Blackberry qui avaient vu leurs cours de bourse exploser de plusieurs centaines de pour cent à la hausse sur une même journée.

La «mania des meme stocks» s’était arrêté suite à l’effondrement du prix de GameStop. Après une hausse de plus de 2000% en quelques semaines, la titre s’écroulait de 90%. D’un plus haut à 483 dollars fin janvier, le titre se retrouvait mis février à fleureter avec les 40 dollars. D’autres «meme stocks» subissaient un sort équivalent.

Alors que la folie des «meme» semblait bel et bien terminée, elle est en train de reprendre de l’ampleur en cette fin de semestre.  

C’est tout d’abord le titre AMC Entertainment qui a connu une envolée exponentielle de son cours de bourse à partir de la fin du mois de mai. Les volumes sur AMC ont explosé, dépassant l’activité observée sur des titres tels que Tesla. D’autres titres ont emboité le pas – c’est le cas de Clever, Wendy’s, Clean Energy Fuels. etc.  

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’activité de trading sur les comptes de courtiers en ligne aux Etats-Unis est en hausse exponentielle.

Volume journalier total et par compte enregistrés auprès des courtiers américains entre 2008 et juin 2021

Source: Goldman Sachs

Pour de nombreux observateurs, cette exubérance irrationnelle est à mettre sur le dos de l’irresponsabilité des petits porteurs. Chèque de stimulus en main, peu au fait des fondamentaux de l’investissements, les boursicoteurs suivent aveuglément les recommandations des forums et abusent de l’effet de levier des options. Pour de nombreux stratèges, ce mouvement spéculatif orchestré par les petits porteurs finira par mettre l’ensemble du marché à risque.

Pourtant, une récente étude de Goldman Sachs met en évidence un phénomène plutôt inattendu. Habituellement, les petits porteurs ont tendance à suivre et répliquer les mouvements des professionnels – souvent avec un temps retard. Les investisseurs institutionnels ont d’ailleurs souvent interprété l’optimisme des investisseurs particuliers comme un signal de vente.

Or, nous sommes en train d’assister à la séquence inverse. D’après Goldman, l’activité des boursicoteurs est devenue un indicateur avancé pour les marchés. En effet, des hedge funds ont mis en place des algorithmes permettant de suivre, voire d’anticiper, l’intérêt des petits porteurs pour un titre. Dès que des flux anormaux sont identifiés, les hedge funds et autres investisseurs institutionnels effectuent une analyse approfondie du marché des dérivés pour mieux comprendre le positionnement sur certains titres et adopter la meilleure stratégie à suivre afin de maximiser leurs profits. Grâce à leur puissance de frappe, les institutionnels reprennent le contrôle sur ces titres et retournent ensuite leurs positions pour jouer la baisse (inéluctable) du titre en question.

A titre d’illustration, voici le type de séquence à laquelle nous assistons actuellement:

  1. Un forum tel que r/wallstreetbets identifie un titre sur lequel il existe des positions «short», il fédère un certain nombre de petits porteurs afin de créer un momentum positif sur le titre, ce qui oblige les «short» à effectuer des rachats forcés sur le titre;
  2. Des investisseurs institutionnels – dont des hedge funds – identifient le mouvement et utilisent un effet de levier pour déclencher ce qu’on appelle un «gamma squeeze». Dans ce cas de figure, les vendeurs d'options d'achat se doivent de couvrir leurs ventes à découverts en achetant des actions (afin d’éviter un risque de perte indéfini s’ils laissent leur position à découvert);
  3. L’intervention massive des investisseurs institutionnels a un impact encore plus important sur les «shorts», qui sont obligés de racheter de manière encore plus agressive les titres;
  4. Une fois que le titre s’est fortement apprécié, les professionnels retournent leurs positions et établissent des positions «short» à des prix nettement plus élevés que lors de la phase précédente. L’initiation de ces nouvelles positions «short» entraine une forte baisse du titre, créant de lourdes pertes pour les petits porteurs entrés tardivement sur le titre;
  5. L’initiation de positions short importantes crée les conditions nécessaires au prochain mouvement de «short squeeze» des reddit/wallstreetbets.

Cette séquence peut être théoriquement répétée de nombreuses fois.

Bien entendu, certains institutionnels y laissent également des plumes. C’est le cas par exemple des fonds spéculatifs Melvin et Light Street qui cumulent des pertes proches de 6 milliards depuis fin mai en partie à cause de positions short qu’ils n’ont pas su retourner à temps.  

Par contre, l’étude de Goldman démontre que les excès actuellement observés sur certaines petites et moyennes capitalisations américaines ne peuvent pas être mises uniquement sur le dos des investisseurs particuliers. Les énormes volumes observés sur des titres tels que AMC démontrent bien que des acteurs beaucoup plus important et sophistiqués utilisent certains produits dérivés pour tirer parti de ces situations de marché. Ce n’est donc peut être pas un hasard si la SEC (Securities Exchange Commission) a annoncé la semaine dernière s’intéresser de beaucoup plus près à ces mouvements suspects et vouloir revoir les règles sous-jacentes au trading des actions.

 

1 Les r/wallstreetbets, également connu sous le nom de WallStreetBets ou WSB, est un forum du site web Reddit (ou subreddit) ayant pour thèmes la finance et la bourse, portant notamment sur des sujets comme la négociation d'actions et d'options en bourse.

A lire aussi...