Le pari de Boris Johnson a porté ses fruits

Aneeka Gupta, WisdomTree

1 minutes de lecture

La majorité absolue du Parti conservateur est une preuve que le Royaume-Uni est sur la bonne voie pour quitter l’UE d’ici janvier 2020.

Après avoir échoué à conclure un accord sur le Brexit avec l’Union européenne (UE), le pari de Boris Johnson sur des élections législatives anticipées pour sortir le Parlement de l’impasse a joué en sa faveur. En une soirée, son slogan de campagne «Get Brexit Done» a remporté une victoire décisive aux élections. La majorité absolue du Parti conservateur est une preuve que le Royaume-Uni est sur la bonne voie pour quitter l’UE d’ici janvier 2020. L’accord de retrait devrait être adopté par le Parlement au 31 janvier prochain. Cette écrasante majorité confère à Boris Johnson une importante marge de manœuvre dans les négociations sur les relations futures avec l’UE. Le manifeste du Parti conservateur s’est engagé à ne pas rallonger la période de transition au-delà de 2020, mais nous nous attendons à ce qu’une prolongation soit demandée après le 1er juillet et accordée par la suite. Nous prévoyons notamment une amélioration du sentiment face au risque et à un redressement des actifs. Toutefois, l’incertitude devrait réapparaître à la longue. Le Parti national écossais est en passe de réaliser d’importants progrès en Écosse. Il est probablement que celui-ci conduise de nouvelles demandes en vue d’un prochain référendum sur l’indépendance de l’Écosse.  

Suites aux résultats d’hier, la livre s’est appréciée par rapport au dollar s’établissant à 1,351, son plus haut niveau depuis mai 2018. L’inflation devrait ralentir à mesure que la livre sterling renforcera les arguments en faveur d’une baisse des taux d’intérêt à un stade ultérieur. Nous prévoyons une hausse des taux sur les courbes sur le marché des titres des obligations d’État britanniques en raison d’une diminution des anticipations d’une baisse des taux à court terme et d’une hausse de la demande en faveur des valeurs refuges. Compte tenu de la hausse de la reprise de la livre sterling, nous ne nous attendons pas à ce que le FTSE 100 performe aussi bien que 80% des revenus générés à l’étranger. Toutefois, les actions nationales qui ont surperformé depuis le début du mois de septembre sont plus susceptibles d’être affectées par les résultats des élections législatives. Les actions européennes plus larges sont également susceptibles de se négocier à la hausse; en particulier, nous nous attendons à ce que les valeurs financières qui ont fortement été corrélées au risque Brexit «no-deal» surperforment dans un avenir proche.

A lire aussi...