La reflation est toujours en cours malgré le variant Delta

Steven Bell, BMO Global Asset Management

1 minutes de lecture

La période à venir sera plus volatile, avec des gains modestes pour les actions mondiales jusqu’à la fin de l'année.


©Keystone

Le marché du travail américain est en difficulté. Les emplois non agricoles ont affiché une forte croissance en mai, mais inférieure aux attentes du marché. Cela signifie-t-il que la demande de travailleurs n'augmente pas aussi rapidement que prévu? Au contraire. Aux dernières nouvelles, les entreprises étaient à la recherche de travailleurs, mais elles ne parviennent pas à en recruter assez rapidement pour répondre à l'augmentation de la demande. Pour cause, de nombreuses personnes sont restées à la maison parce que les écoles n'étaient pas complètement ouvertes le mois dernier, quand certains travailleurs âgés vivaient encore de leurs chèques de relance. 

Toutes ces limitations sont temporaires. En effet, les écoles commencent à rouvrir normalement et les allocations de chômage augmentées seront supprimées dans 25 Etats ce mois-ci. Ces dernières devraient prendre fin partout aux Etats-Unis d’ici début septembre.

Rendements obligataires en augmentation

Le point mort d'inflation est supérieur à 2%, non seulement à la moyenne sur dix ans, mais aussi au taux à cinq ans à l'horizon de cinq ans, qui est la mesure sur laquelle se concentre la Fed.

Il sera difficile d'impressionner les marchés
lors de la prochaine saison des résultats qui débutera en juillet.

Il manque encore 7,4 millions d'emplois pour atteindre le niveau d'avant la crise aux Etats-Unis. Il est sûr que la reprise complète prendra du temps. La Fed devrait réduire ses effectifs d'ici la fin de l'année et augmenter le taux des fonds fédéraux plus tôt qu’attendu, en 2022. Bien sûr, un épais brouillard d'incertitudes entoure ces prévisions, mais les pressions sont telles que les rendements obligataires vont continuer à augmenter.

Au Royaume-Uni, la reprise économique part d'une base plus faible et est plus concentrée qu'aux Etats-Unis. Elle dépendra du nouvel assouplissement des restrictions sanitaires, prévu le 21 de ce mois. Cet assouplissement aura bien lieu, mais pas dans toute son ampleur, comme indiqué dans la feuille de route de Boris Johnson. Le gouvernement sera particulièrement prudent quant à l'assouplissement des voyages à l'étranger. En outre, les vaccins ont considérablement ralenti le nombre de nouvelles hospitalisations et de décès liés au COVID-19 et à ses variants Alpha ou Delta.

Plus de volatilité et des gains modestes pour les actions

En ce qui concerne les actions, les gains importants de cette année sont derrière nous, après quatre saisons de résultats exceptionnels. Il sera difficile d'impressionner les marchés lors de la prochaine saison des résultats qui débutera en juillet. Nous aurons une période plus volatile et des gains modestes pour les actions mondiales sur le reste de l'année.

A lire aussi...