La courbe des taux d'intérêt US s’accentue à nouveau: et alors?

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. La récente accentuation de la courbe des taux américains n'indique pas pour autant une reprise prochaine.


©Keystone

Le S&P 500 a pratiquement rattrapé ses pertes antérieures. Depuis environ trois semaines maintenant, les actions value surpassent les actions de croissance. Et dans la vie réelle, nous commençons à reparler de reprise économique. Cette évaluation est-elle confirmée par la reine de tous les indicateurs avancés - la courbe des taux d'intérêt? En août dernier, les rendements du Trésor américain à 10 ans ont chuté en dessous des rendements à 2 ans. En d'autres termes, la courbe des rendements américains s'est inversée et a glissé en territoire négatif. Cela a provoqué beaucoup d'excitation. Après tout, chacune des neuf récessions américaines depuis 1955 a été précédée par une courbe de rendement inversée. Comme le montre notre «graphique de la semaine», il a maintenant fonctionné pour la dixième fois: lundi, le Bureau national de la recherche économique a officiellement déclaré la fin de l'expansion économique américaine à partir de février.

On sentait les prémices d’une récession aux Etats-Unis
et le COVID-19 n'était qu'un des nombreux déclencheurs possibles.

Certains pourraient objecter que tout cela n'était qu'une coïncidence, puisque personne n'aurait pu prévoir la pandémie de COVID-19 l'été dernier. Cependant, l'expansion mondiale était quelque peu anémique depuis un certain temps. Le propre indicateur de récession de DWS montrait déjà une probabilité de récession d'environ 50% au début de 2020. En d’autres termes, on sentait les prémices d’une récession aux Etats-Unis et le COVID-19 n'était qu'un des nombreux déclencheurs possibles. Les experts mettent en garde contre une telle pandémie depuis un certain temps. Le fait que les marchés actions n'aient commencé à paniquer qu'à la mi-février en dit peut-être plus long sur les marchés que sur les risques économiques réels. Après tout, si les courbes de rendement inversées sont devenues un indicateur de récession si largement utilisé, c'est en partie parce que les marchés des obligations souveraines ont tendance à être plus fiables que les sautes d'humeur des marchés boursiers.

Ainsi, si la prévision d'une récession par la courbe des rendements n’est pas simplement un coup de chance, son accentuation peut-elle prédire la fin de la récession? Selon les modèles passés, une accentuation est tout à fait cohérente avec la poursuite de la récession pendant un peu plus longtemps. Les données historiques permettant de faire des prévisions de temps sont, tout d’abord, un peu maigres (une petite douzaine d'observations). La réaction mondiale à la récession à l’aide de programmes d'aide publique est d'une ampleur sans précédent. Enfin, les banques centrales augmentent la qualité et la quantité de leurs interventions sous la forme de taux d'intérêt négatifs, de garanties de crédit1 ou d'achats d'obligations d'entreprises. Le dernier recours est donc le contrôle de la courbe de rendement - que le Japon a déjà mis en œuvre et dont la Réserve fédérale américaine (Fed) discute actuellement. Si les banques centrales se fixent pour objectif de contrôler directement la majeure partie de la courbe des taux, le marché obligataire sera privé de sa fonction de fixation des prix. Et avec lui le mécanisme qui devrait permettre l'allocation efficace de ressources rares aux investissements les plus prometteurs. Mais là encore, l'argent n'est de toute façon plus une ressource rare.

La courbe des taux américaine (10 ans contre 2 ans U.S. Treasuries)

Bleu: courbe des taux américaine (10 ans contre 2 ans U.S. Treasuries). Vert: récession. Orange: récession 2020

 

1 Promesse d'un tiers de fournir un paiement sur une responsabilité en cas de défaillance.

A lire aussi...