La boite à outils des investisseurs

Salima Barragan

1 minutes de lecture

Selon Cristina Cedillo de Robeco, l’actionnariat actif contribue au succès d’une transition énergétique réussie.

RobecoSAM, qui a remporté pour la deuxième année consécutive les Swiss Sustainable Funds Awards en tant que meilleure société de gestion d'actifs1, était présent au Geneva Forum for Sustainable Investments (GFSI) du 4 septembre à Genève, pour exposer ses outils à l’attention des investisseurs engagés à la transition énergétique. Entretien avec Cristina Cedillo, spécialiste de l'engagement chez Robeco.

Les efforts collectifs de la communauté financière

À l'heure actuelle, l'initiative Climate Action 100+, une coalition mondiale d'investisseurs s'engageant auprès des entreprises les plus émettrices dans le monde, représente plus de 450 investisseurs gérant près de 40’000 milliards de dollars US d'actifs. «L’actionnariat actif est une boîte à outils pour répondre aux enjeux de la transition énergétique. Grâce à l’engagement, les actionnaires peuvent mieux comprendre comment les entreprises gèrent leurs risques en termes de changement climatique et les influencer dans leur décision», explique Cristina Cedillo.

L’approche collaborative permet d’accroitre le degré d’influence
tout en apportant aux entreprises des messages forts.

Au niveau des entreprises, plus de 161 d’entre elles sont identifiées comme émetteurs de gaz à effets de serre d'importance systémique au niveau mondial. «Si nous accompagnons ces dernières dans leur politique de lutte contre le réchauffement climatique, leur contribution à la planète pourrait se révéler conséquente», poursuit-elle.

L’engagement à divers degrés

L’actionnariat actif met divers outils à la disposition des investisseurs institutionnels.

  • L’engagement via des contacts informels avec les dirigeants ou des réunions avec les actionnaires crée de la valeur et de l'impact en améliorant le comportement des entreprises dans lesquelles les investisseurs investissent.
  • Le vote et le (co-)dépôt de propositions d'actionnaires ainsi que le suivi des votes encouragent la bonne gouvernance et les pratiques d'entreprise durables ainsi que la sauvegarde de la valeur actionnariale.
  • Le suivi des nominations des membres du conseil d'administration et l'opposition à certaines nominations permettent de renforcer les efforts d'engagement pour une gouvernance en faveur du climat.

Dans tous les cas, Cristina Cedillo privilégie un dialogue constructif, car elle estime que l’approche collaborative permet d’accroitre le degré d’influence tout en apportant aux entreprises des messages forts: «L’engagement ouvre la voie à de nouvelles décisions de la part des managers afin d’aider les industries dans la transition énergétique». Une stratégie de dialogue qui s’avère payante. Depuis son lancement, plus de 53% des entreprises engagées ont fixé un objectif net zéro.

A lire aussi...