Japon: l’après-Abe se profile dans la continuité

Archibald Ciganer, T. Rowe Price

1 minutes de lecture

Un grand nombre des aspects positifs de la réforme économique ne devrait pas être affecté. Le Japon conserve des opportunités intéressantes si on l’approche de manière active.

La démission du premier ministre japonais Shinzo Abe met fin à un mandat de huit ans au cours duquel il a instauré la stabilité politique, renforcé la présence internationale et introduit une nouvelle forme de réforme économique et sociale constructive, connue sous le nom d'Abenomics.

Dès le début de son mandat, nous avons considéré le programme de réforme d'Abe comme positif, d'autant plus qu'il a été défini dans le cadre d'une large approbation qui a apporté stabilité et clarté aux investisseurs dans une dimension de gouvernance politique.

Nous pensons qu'en dépit de sa démission, Abe restera influent au sein de la politique japonaise et du parti LDP. Ceci est important dans une perspective de continuité. Nous ne nous attendons pas à ce qu'un grand nombre des aspects positifs et populaires de la réforme économique d'Abe et des politiques du LDP soient affectée ou réduite.

Son successeur devrait sans doute être issu de ses proches alliés au sein du parti et continuer à avancer selon les grands principes d'une politique constructive. Si nous avons une assez bonne idée de qui a le plus de chances de succéder à Abe au poste de premier ministre, nous n'avons aucune confirmation à ce stade. Nous apporterons de plus amples commentaires au fur et à mesure que les détails seront annoncés.

Les perspectives de notre fonds Japan Equity sont bonnes, d'autant plus que nous continuons sur la voie de l'amélioration dans une dimension économique structurelle et mondiale. Les entreprises japonaises ne présentent que peu ou pas d'endettement net et l'amélioration de la gouvernance d'entreprise continue à se dessiner, même si les bénéfices des entreprises ont subi des pressions, le Japon présente un ensemble de caractéristiques très différentes de celles des actions américaines qui ont été à l'origine de la forte reprise du marché des actions ces derniers mois. En attendant la prochaine étape du cycle des actions et la prochaine évolution de la gouvernance politique domestique et internationale, nous continuons à penser que le Japon a des opportunités intéressantes si on l’approche de manière active, compte tenu de sa sous-capitalisation et sa dynamique de changement positive.

A lire aussi...