Europe: du Brexit à Biden

Christopher Smart, Barings

3 minutes de lecture

Selon le président élu, «l’Amérique est de retour», mais les Européens (et les investisseurs mondiaux) se demandent pour combien de temps...


© Keystone

Friedrich Nietzsche, Kelly Clarkson et Ursula von der Leyen sont d’accord: ce qui ne vous tue pas vous fait plus fort. Le philosophe allemand du XIXe siècle, l’idole pop américaine et la présidente de la Commission européenne ont tous compris que l’adversité renforce souvent la résistance et la détermination. Dans le cas de l’Union européenne, la décision de la Grande-Bretagne de se retirer semblait en 2016 le début d’un grand démantèlement de son projet politique lourd et souvent incohérent. Puis est venu un autre coup dur avec l’élection de Donald Trump, qui a laissé entendre que l’intégration européenne visait à «tirer profit» des États-Unis et a qualifié l’Europe elle-même d’»ennemi» sur les questions commerciales.

Mais les institutions de l’UE n’ont pas seulement survécu, elles ont prospéré sous la pression au cours des cinq dernières années. Le président élu Joe Biden ayant fait part de son intention de rétablir les relations avec les alliés des États-Unis, les dirigeants européens sont peut-être un peu sceptiques et les investisseurs mondiaux devraient se préparer à des frictions persistantes, notamment au sujet des droits de douane, des sanctions et de la Chine.

Les négociations de Brexit, qui pourraient - ou non - approcher leur sprint final, sont un exemple de la confiance retrouvée de l’Europe. Même si les gouvernements britanniques successifs ont déployé des efforts incohérents pour obtenir de meilleures conditions pour leur départ, les 27 États membres restants de l’UE sont restés fidèles au principe de base selon lequel la Grande-Bretagne ne pouvait pas quitter son club et espérer bénéficier des mêmes avantages que les autres membres.

L’Europe tournera son attention vers le prochain défi, à savoir une Amérique
qui dit vouloir reprendre son rôle de leader de l’alliance atlantique.

Alors que le Royaume-Uni est légalement sorti le 31 janvier, les discussions actuelles visent à définir une future relation commerciale mais semblent bloquées sur les droits de pêche de l’Europe dans les eaux britanniques et sur la capacité du gouvernement britannique à offrir une «aide d’État» sans restriction aux entreprises. Ces points de friction pourraient être encore accentués par la législation britannique qui pourrait saper les engagements pris précédemment de maintenir une frontière ouverte avec l’Irlande. Et les dernières nouvelles selon lesquelles l’un des principaux négociateurs européens a été testé positif au coronavirus font que le délai est désormais très court pour un accord que 28 parlements doivent approuver avant la fin de l’année.

Le pari est que le Premier ministre Boris Johnson cèdera à la dernière minute pour éviter une transition chaotique qui nécessitera de nouveaux contrôles aux frontières, des tarifs punitifs et des accords techniques sur tout, du transport aérien à la distribution des vaccins (oui, y compris les vaccins COVID-19).

L’Europe, en tout cas, tournera son attention vers le prochain nouveau défi, à savoir une Amérique qui dit vouloir reprendre son rôle de leader de l’alliance atlantique, alors même que les dirigeants européens se demandent ce que cela signifie.

Tout d’abord, malgré tous ses défis permanents, l’Union européenne est apparue plus cohérente et plus confiante. La réponse de l’UE à la pandémie a consisté à la fois en des engagements budgétaires majeurs à court terme et en des dépenses et emprunts à long terme pour soutenir la reprise. La Banque centrale européenne a réussi à soutenir les marchés obligataires afin de maintenir la fluidité du crédit. Selon un récent sondage, près des deux tiers des Européens soutiennent les institutions de l’Union.

Les relations transatlantiques devraient se réchauffer grâce
à des mesures plus agressives de lutte contre le changement climatique.

Par ailleurs, si les dirigeants européens se félicitent des propos apaisants de Joe Biden, ils commenceront bientôt à se demander dans quelle mesure il peut agir sur les questions économiques qui leur tiennent le plus à cœur. L’élection de Biden a coïncidé avec le fait que l’Europe a imposé des droits de douane sur 4 milliards de dollars de produits américains dans le cadre d’un différend de longue date sur les aides publiques à Airbus et Boeing. En attendant, les querelles sur les plans de l’Europe concernant une taxe numérique sur les entreprises technologiques américaines ne disparaîtront pas dans une vague de bonne volonté. La conversation ne s’échauffera pas non plus lorsque Biden poursuivra ses promesses de campagne pour encourager les entreprises américaines à «ramener» des emplois ou à étendre les dispositions «Buy American» dans les contrats gouvernementaux.

Finalement, on a le sentiment que même si Biden parle de travailler avec ses alliés pour faire pression sur la Chine afin qu’elle ouvre davantage ses marchés et protège la propriété intellectuelle, les intérêts de l’Europe ne sont pas toujours compatibles. Alors que certains hommes politiques européens ont exprimé leur méfiance face à l’influence que Pékin exerce à l’étranger, l’Europe souhaite fondamentalement établir une relation économique avec la Chine, tandis que les États-Unis s’inquiètent également de toute une série de dimensions militaires et politiques. Cela détermine la manière dont les deux parties envisagent les questions relatives aux manifestations de Hong Kong, au programme nucléaire de la Corée du Nord et aux relations commerciales avec les géants technologiques chinois comme Huawei et ZTE.

Les relations transatlantiques devraient se réchauffer considérablement grâce à des mesures plus agressives de lutte contre le changement climatique, une nouvelle approche du programme nucléaire iranien et une coordination encore plus poussée de la lutte contre la pandémie par le biais de l’Organisation mondiale de la santé. La première accolade sera amicale et sincère. Mais des décennies de confiance d’après-guerre ont été brisées, et les Européens sont également devenus plus sceptiques face à une Amérique qu’ils craignent de voir se replier sur elle-même. Ils parlent, même si c’est de façon un peu vague, des progrès du continent vers une «souveraineté stratégique» pour faire face aux défis mondiaux.

«Nous ne pouvons pas revenir exactement au même programme qu’il y a cinq ans», a averti Ursula von der Leyen elle-même dans un discours suivant la victoire de Biden. «Parce que le monde a changé, tout comme les États-Unis et l’Europe». Accrochez-vous et souvenez-vous, si cela ne vous tue pas....

A lire aussi...