ESG: regarder derrière l’étiquette

Elena Rinaldi, TwentyFour Asset Management

2 minutes de lecture

Due diligence et suivi continu sont essentiels pour évaluer les risques ESG.


© Keystone

Les risques ESG peuvent avoir un impact significatif sur la valeur des investissements. S'appuyer sur un modèle d'intégration ESG propriétaire et actif est donc crucial pour pouvoir les évaluer.  L’émission de dette a atteint des niveaux record en janvier, une tendance qui devrait se poursuivre tout au long de l’année 2021 et au-delà.

Forte demande de produits ESG

Le marché des titrisations labellisées ESG en Europe est encore petit mais en plein essor; une poignée d'émissions ESG sont arrivées sur le marché ces dernières années, principalement sous la forme de RMBS verts néerlandais. L’année dernière, nous avons vu le premier CMBS vert émis par la France (adossé à un immeuble de bureaux certifié BREEAM) ainsi qu’un RMBS britannique dans le secteur du logement social. Ces deux émissions ont été favorablement accueillies par les participants au marché et les niveaux de souscription très élevés ont révélé une forte demande en attente d’être comblée pour les produits ESG de qualité.  

Il est difficile de dire si ce succès a été motivé
par une offre ABS moins dynamique que prévu.

Nous sommes toujours d’avis que les ABS sont par nature une classe d’actifs compatible avec les critères ESG: en effet, l’exposition à un pool d’actifs bien précis offrant une plus grande certitude sur l’utilisation des produits du financement rend les facteurs ESG plus faciles à définir pour les ABS que, par exemple, pour certaines obligations vertes émises par l'Etat, les entreprises ou les instituts financiers. Cette semaine, le marché a franchi une nouvelle étape avec la première émission d'un RMBS britannique classique dans le logement social. La transaction, sponsorisée par Northview Group (propriétaire de Kensington Mortgages), a été structurée pour se conformer aux critères des titrisations simples, transparentes et standardisées (STS) ainsi qu’à l’éligibilité CRR/LCR et au «Social Bond Framework» de Kensington, qui s'aligne sur les Social Bond Principles de l’ICMA de 2020. L’émission contribue également à la réalisation des Objectifs de développement durable des Nations unies et favorise l'inclusion financière en octroyant des financements hypothécaires à des catégories de la population britannique mal desservies par les prêteurs hypothécaires traditionnels. Ces catégories englobent les travailleurs indépendants, les primo-accédants ainsi que les jeunes emprunteurs ou entrepreneurs, c’est-à-dire des gens au profil de revenu «complexe» qui requiert une approche plus personnalisée en termes de souscription de prêt. En 2020, Kensington est devenu le premier prêteur spécialisé à définir et à publier ses propres objectifs ESG, montrant ainsi son engagement au niveau des prêts mais aussi de l’entreprise.   

Cette émission, adossée à un pool de 472 millions de livres d'hypothèques résidentielles partiellement titrisées dans le cadre d'une précédente transaction, a attiré plus de 1.2 mia d'ordres avec un resserrement de la fourchette initiale de prix entre 10 et 30 pb selon la tranche, atteignant des niveaux pré-COVID. Il est difficile de dire si ce succès a été motivé par une offre ABS moins dynamique que prévu, les labels STS/LCR ou l'étiquette sociale, mais le niveau de la demande est néanmoins encourageant pour les émetteurs qui envisagent de lancer des produits ESG.

Nous devons veiller à créer une base de référence
soumise à une évaluation critique pour le marché.
Transparence améliorée

Concernant le RMBS social de Northview, le prêteur (Kensington) cible les emprunteurs mal desservis depuis la crise financière mondiale et a élargi son offre de produits au fil des ans. Etant donné le profil de revenu généralement complexe de ses emprunteurs, les détenteurs d'obligations pourraient avoir affaire à un investissement plus risqué et c’est la raison pour laquelle les RMBS de ce type sont catégorisés comme non conformes ou «near prime». Mais un produit «near prime» ne peut-il pas être compatible avec les critères ESG?  Pas nécessairement. A titre d’exemple, l’offre de produits de Kensington se caractérise par des taux qui dépassent de 0,5 à 1,5% ceux appliqués par les prêteurs traditionnels, mais qui sont généralement inférieurs aux taux des prêteurs non conformes. La performance de ses émissions précédentes s'est avérée remarquable, avec des taux de défaut très faibles et peu de réclamations des clients. Ces facteurs sont à même d’améliorer le score social et de réduire le risque global de la transaction. De plus, Kensington a contribué à l’amélioration de la transparence des données ESG sur le marché des ABS en publiant les informations relatives au certificat de performance énergétique (CPE) pour ses pools d’investissement.  

En conclusion, les investisseurs devraient regarder derrière l’étiquette ESG et compter sur la due diligence et le suivi continu pour évaluer les risques ESG lorsqu’ils cherchent à améliorer les rendements sur le long terme. Etant donné que nous voyons de plus en plus d’ABS labellisés ESG et durables, nous devons veiller à créer une base de référence soumise à une évaluation critique pour le marché afin de nous assurer que la solidité et l'intégrité servent de point de départ.

A lire aussi...