En transition

Esty Dwek, Natixis Investment Managers Solutions 

1 minutes de lecture

Mise à part quelques exceptions, le mois de mai a connu une période de consolidation après l'optimisme d'avril.


©Keystone

Il semble que nous soyons entrés dans une phase de transition, tant en ce qui concerne le monde post-confinement qu'en ce qui concerne les marchés. En effet, les marchés devancent les données économiques et ils incluent déjà – et ont inclus – un retour à la croissance au cours du second semestre. Toutefois, au fur et à mesure de la réouverture progressive, le retour à la croissance sera lent et échelonné. Il faudra donc peut-être de meilleures nouvelles pour faire monter les marchés beaucoup plus haut – ou des avancées significatives sur un vaccin. En attendant, des risques subsistent en ce qui concerne les faillites, les défauts et le chômage, et de nouveaux (ou d'anciens) risques se sont glissés, comme les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, et l'impact que cela pourrait avoir sur le commerce mondial.

Le risque de déception demeure et les marchés pourraient à nouveau corriger.

Pour l'instant, les marchés actions continueront probablement de naviguer entre les nouvelles sur les plans de réouverture et la phase «post-corona» de la crise, et la crainte que cette perspective prenne plus de temps à se concrétiser, étant donné les mesures de distanciation sociale, les tensions commerciales et la faillite d'entreprises. Il s’agit donc de rester prudent. Le risque de déception demeure et les marchés pourraient à nouveau corriger. En effet, le consensus est «bearish» et les niveaux de liquidités élevés, ce qui laisse penser que la baisse est devenue plus limitée. En outre, les mesures de relance budgétaire et monétaire ont été beaucoup plus importantes et sont arrivées beaucoup plus tôt que lors des crises précédentes, ce qui devrait contribuer à atténuer la douleur. Néanmoins, la reprise s'est concentrée sur quelques secteurs seulement, ce qui suggère un penchant plus défensif des investisseurs. Le rallye semble s'élargir et toute confirmation de cette tendance serait la bienvenue.

Les marchés obligataires ont continué à bien se porter.

Compte tenu de l'ampleur du soutien des banques centrales, les marchés obligataires ont continué à bien se porter, et le crédit en particulier a bénéficié d'une stratégie toute trouvée: acheter ce que les banques centrales achètent. Dans ce contexte, les banques centrales devraient maintenir des rendements plafonnés et une surpondération du crédit Investment Grade. Bien que les spreads aient récupéré une partie de l'écartement de mars, il existe toujours un potentiel de compression. En outre, les risques liés au High Yield persistent.

Finalement, l'or devrait continuer à être soutenu par les programmes d'assouplissement quantitatif des banques centrales et par la perspective que les taux d'intérêt restent bas pendant longtemps, ce qui suggère que le manque de rendement de l'or ne sera pas dissuasif.

A lire aussi...