De l'eau dans le gaz

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Le prix du pétrole est comprimé par la faible demande et la hausse de l'offre. Quelle est la prochaine étape?


©Keystone

Certaines conséquences de l'épidémie de COVID-19 (le nouveau coronavirus) étaient plus faciles à prévoir que d'autres. Par exemple, le nombre de nouvelles infections en Chine s'est réduit à un minimum ces derniers jours, et les premiers signes d'une reprise économique sont assez encourageants. Pour les marchés pétroliers mondiaux, le rebond de la demande chinoise qui en résulte ne saurait tarder. Les prix se sont effondrés ces derniers jours. Et, contrairement aux mouvements brusques précédents, celui-ci n'est pas purement lié à l'offre ou à la demande. Le prix est simultanément comprimé à la baisse des deux côtés. 

Nous pensons que la raison de cette évolution improbable est que l'Opep et la Russie ont entamé une guerre des prix au moment précis où la demande s'affaiblissait déjà à cause de COVID-19. «Les deux parties semblent être passées d'une stratégie axée sur le maintien des prix (par le biais de réductions de la production) à une stratégie de maintien des parts de marché (par le biais d'une augmentation de la production)», explique Darwei Kung, responsable des matières premières chez DWS.

En termes absolus, l'effondrement des prix du pétrole
n'a pas été si important que cela dans l'histoire.

Nous prévoyons que la concurrence pour les parts de marché va durer un certain temps. Compte tenu des contraintes budgétaires internes en Russie et en Arabie Saoudite (les principaux producteurs de l'Opep+1), nous ne pensons pas que le choc de l'offre puisse durer indéfiniment. Toutefois, nous pensons que, dans la mesure où la bataille des parts de marché se poursuit, le prix du pétrole restera sous pression. Les petits et moyens producteurs américains d'huile de schiste devraient subir le plus gros des pertes de parts de marché. Si le prix reste inférieur à 35 dollars le baril de West Texas Inter-mediate (WTI) pendant une période prolongée, la plupart des producteurs d'huile de schiste ne seront probablement pas en mesure de générer suffisamment de liquidités pour couvrir les dépenses d'investissement nécessaires au maintien des niveaux de production existants. 

La volonté d'inverser une partie de la croissance de la production pétrolière américaine de ces dernières années est probablement en partie à l'origine de l'intransigeance de la Russie. Cependant, maintenant que l'accord Opep+ est tombé en panne, il pourrait être difficile de le rétablir. Les périodes passées d'instabilité du marché pétrolier se sont avérées difficiles à contrôler, même pour l'Arabie Saoudite. Et en termes absolus, au moins, l'effondrement des prix du pétrole n'a pas été si important que cela dans l'histoire, comme le montre notre «graphique de la semaine».

A lire aussi...