Zone euro: la croissance des crédits au secteur privé décélère en septembre

AWP

1 minutes de lecture

Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens ont progressé de 3,7% en septembre sur un an, après 3,8% en août et 3,7% en juillet.

La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé a légèrement décéléré en septembre, a indiqué lundi la Banque centrale européenne (BCE), après avoir annoncé un paquet de mesures pour soutenir l’économie.

Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens, ajustés de certaines opérations strictement financières, ont progressé de 3,7% en septembre sur un an, après 3,8% en août et 3,7% en juillet.

Dans le détail, la croissance des prêts octroyés aux entreprises industrielles et commerciales a davantage reculé, à 3,7% sur un an, après 4,3% en août, et ce alors que les conditions d’octroi de crédits aux entreprises se sont elles légèrement détendues durant l’été, selon une enquête distincte de la BCE.

La croissance des crédits aux ménages s’est elle inscrite à 3,4%, inchangée depuis deux mois, et reste tirée par les prêts à la consommation (+5,9% sur un an en données non ajustées).

La masse monétaire M3, agrégat utilisé par la BCE comme un indicateur avancé de l’inflation, a moins vite augmenté en septembre, à +5,5% sur un an, qu’en août, abaissé d’un dixième de point à +5,8%.

L’inflation en zone euro en septembre s’est établie à 0,8%, contre 1% en août, ce qui l’éloigne du rythme «proche de 2%» poursuivi par la BCE.

Aussi, la Banque centrale européenne a confirmé jeudi dernier l’arsenal de relance monétaire adopté en septembre au prix de profondes divisions internes.

C’est dans cette atmosphère tendue que la passation officielle entre le président sortant de la BCE, Mario Draghi, et la Française Christine Lagarde a lieu ce lundi à Francfort.

Première femme à prendre la présidence de l’institution, l’ancienne patronne du FMI devrait d’abord s’efforcer de ressouder les rangs au sein du conseil des gouverneurs tout en poursuivant le cap monétaire sur fond de ralentissement persistant de l’économie.

A lire aussi...