Zone euro: la croissance des crédits au secteur privé accélère en mars

AWP

1 minutes de lecture

Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens ont progressé de 5,0% en mars sur un an, après 3,7% en février et en janvier.

La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé s’est emballée en mars sous l’effet des mesures de soutien monétaire prises pour contrer l’impact économique de la pandémie de coronavirus, a indiqué mercredi la BCE.

Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens, ajustés de certaines opérations strictement financières, ont progressé de 5,0% en mars sur un an, après 3,7% en février et en janvier.

Cette accélération est due à la croissance des prêts aux entreprises industrielles et commerciales qui s’inscrit à 5,4% sur un an, après s’être tassée à 3,0% en février.

Par contraste, celle concernant les prêts aux ménages a décéléré, à 3,4%, après 3,7% en février.

La croissance des prêts à la consommation a notamment reflué à 3,9%, contre plus de 6% les mois précédents.

Cette tendance devrait se poursuivre sur le trimestre en cours, alors que la demande nette de crédits en provenance des entreprises de la zone euro est attendue pour grimper à un rythme soutenu d’avril à juin tandis qu’elle devrait encore se contracter côté ménages, a révélé mardi une enquête trimestrielle de la BCE.

L’aggravation exponentielle de l’épidémie du coronavirus a amené les gouvernements à imposer courant mars des restrictions très strictes sur les déplacements tout en fermant de nombreux commerces, mesures qui sont en voie d’être levées partiellement.

Cela a déjà donné un énorme coup de frein à l’économie et créé des tensions sur les liquidités dans les entreprises.

Pour empêcher une vague de faillites et soutenir le crédit, des pays comme l’Allemagne ont déployé des plans de soutien sans précédent de leurs économies et la BCE a décidé courant mars de porter à plus de 1.000 milliards d’euros le volume de ses rachats de dette des Etats et d’entreprises d’ici la fin de l’année.

La BCE qui réunit jeudi son conseil des gouverneurs devrait affirmer sa capacité à aller plus loin, quand bien même ses options apparaissent limitées.

La croissance de la masse monétaire M3, agrégat utilisé par la BCE comme un indicateur avancé de l’inflation, a de son côté accéléré à 7,5% sur un an, contre 5,5% en février, a détaillé mercredi l’institution.

A lire aussi...