Vaccin d’AstraZeneca: Swissmedic a besoin de plus de données

AWP

1 minutes de lecture

L’Institut des produits thérapeutiques demande de nouvelles études pour évaluer plus avant la sécurité, l’efficacité et la qualité du produit suédo-britannique avant son homologation.

Swissmedic n’autorise pas pour l’heure l’utilisation du vaccin contre le coronavirus développé par AstraZeneca. L’Institut des produits thérapeutiques ne dispose pas encore de suffisamment de données pour prendre cette décision.

Pour permettre une évaluation définitive, le laboratoire suédo-britannique doit fournir des données supplémentaires. De nouvelles études sont requises pour évaluer plus avant la sécurité, l’efficacité et la qualité, ajoute l’institut.

Swissmedic attend en particulier les données d’une étude sur une large population de personnes infectées qui est actuellement menée en Amérique du Nord et du Sud.

Revers 

AstraZeneca a connu plusieurs revers ces dernières semaines en Europe. L’Allemagne, la Suède, la Pologne ou l’Italie déconseillent ce vaccin au plus de 65 ans. La France devrait en faire ces prochains jours.

Ces pays ne tiennent pas compte des recommandations de l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui a approuvé ce vaccin pour les plus de 18 ans. L’EMA considère qu’il n’y a «pas encore assez de résultats chez les participants» de plus de 55 ans pour calculer l’efficacité du vaccin sur ce groupe, mais qu’»une protection était attendue» car une réponse immunitaire a été identifiée.

A large échelle 

Le vaccin d’AstraZeneca peut être stocké à long terme dans des frigos classiques, contrairement aux deux autres déjà disponibles, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, qui doivent l’être à très basse température (-70°C pour le premier et -20°C pour le second). Cette différence facilite une vaccination à large échelle.

Swissmedic examine parallèlement une autre demande d’autorisation de mise sur le marché déposée par le fabricant Johnson & Johnson. Elle a déjà autorisé le recours au vaccin Pfizer-BioNTech le 19 décembre, et au Moderna le 12 janvier.

A lire aussi...