USA: une hausse des taux pourra être nécessaire avec les plans d’investissements

AWP

1 minutes de lecture

Janet Yellen a évoqué la possibilité «qu’il faille augmenter quelque peu les taux d’intérêt pour s’assurer que l’économie ne surchauffe pas».

Les taux d’intérêt aux Etats-Unis devront sans doute être un peu relevés pour éviter une surchauffe de l’économie liée aux plans d’investissements présentés par Joe Biden, a estimé mardi la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Elle a ainsi évoqué la possibilité «qu’il faille augmenter quelque peu les taux d’intérêt pour s’assurer que notre économie ne surchauffe pas, même si les dépenses supplémentaires (liées aux plans d’investissement) sont relativement faibles par rapport à la taille de l’économie».

Joe Biden a récemment présenté deux plans distincts: un «projet pour les familles américaines» de 1’800 milliards de dollars sur 10 ans, et un plan d’investissements dans les infrastructures, de 2’000 milliards de dollars sur huit ans.

«Cela implique une réaffectation des ressources vers ces types de programmes», a souligné Janet Yellen lors d’un évènement en visio-conférence organisé par le media The Atlantic.

«Cela pourrait provoquer des augmentations très modestes des taux d’intérêt pour obtenir cette réallocation (des ressources), mais ce sont des investissements dont notre économie a besoin pour être compétitive et productive», a-t-elle ajouté.

Mme Yellen n’a pas donné de précisions sur le moment auquel ces hausses pourraient intervenir.

La Banque centrale américaine (Fed) a, en mars 2020 face à la menace pour l’économie de la pandémie, abaissé dans une fourchette de 0 à 0,25% les taux d’intérêt au jour le jour.

Et son président Jerome Powell a récemment redit qu’il n’était pas question d’envisager de les relever dans un futur proche, afin de soutenir la reprise.

Les plans d’investissements gigantesques présentés par Joe Biden doivent être financés par des hausses d’impôts pour les grosses entreprises et sur les Américains les plus riches.

Janet Yellen a fait état d’estimations selon lesquelles «l’écart entre ce que nous percevons en impôts en vertu de notre législation fiscale et ce que nous devrions percevoir, si tout le monde payait les impôts dus», s’élève «à plus de 7’000 milliards de dollars sur une décennie».

«Nous essayons de prendre des mesures significatives pour combler cet écart», a-t-elle souligné.

Mais ces plans d’investissements sont cependant loin d’être adoptés, de longues négociations vont désormais être menées avec les élus du Congrès.

A lire aussi...