USA: l’activité manufacturière s’emballe en décembre

AWP

1 minutes de lecture

L’indice ISM a grimpé de 3,2 points de pourcentage par rapport à novembre, pour s’établir à 60,7%, quand les analystes tablaient sur une baisse, à 56,4%.

L’activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis a progressé plus que prévu en décembre, malgré les restrictions liées à la hausse des cas de COVID-19, et atteint son plus haut niveau pour 2020, selon l’indice des directeurs d’achat de l’association ISM publié mardi.

L’indice ISM, qui mesure l’activité manufacturière dans le pays, a grimpé de 3,2 points de pourcentage par rapport à novembre, pour s’établir à 60,7%, son plus haut niveau de 2020, quand les analystes tablaient sur une baisse, à 56,4%.

Un indice supérieur à 50% signifie que l’activité est en expansion; elle est en contraction si l’indice est inférieur à ce seuil.

«L’économie manufacturière a poursuivi sa reprise en décembre», relève Timothy Fiore, responsable de cette enquête, cité dans le communiqué.

«L’absentéisme, les fermetures (...) pour désinfecter les usines et les difficultés à faire revenir et à embaucher des travailleurs créent des tensions qui limitent le potentiel de croissance du secteur manufacturier. Cependant, le sentiment du panel reste optimiste (...), une amélioration par rapport à novembre», détaille-t-il.

«C’est une très bonne surprise, cet indice atteignant son plus haut niveau depuis août 2018», a commenté Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

L’indice mesurant la production (64,8%) a même atteint un plus haut depuis janvier 2011.

«Cependant, l’activité est exposée à un élargissement des mesures de confinement qui pourraient perturber les opérations et peser sur la demande aux États-Unis et à l’étranger», craint Rubeela Farooqi, économiste pour HFE Snapshot.

Après une forte accélération en octobre (59,3%), la croissance du secteur avait pourtant ralenti en novembre (57,5%), en raison de la recrudescence du virus aux Etats-Unis.

L’activité a été en décembre en progression pour le septième mois d’affilée. Elle s’était contractée en mars, avril et mai sous l’effet des mesures de confinement imposées face au Covid-19, après 131 mois, soit près de onze années, de croissance continue.

En avril, l’indice était même tombé au taux historiquement bas de 41,5%.

A lire aussi...