USA: Janet Yellen promise à une place de choix dans l’équipe Biden

AWP

1 minutes de lecture

Avec l’ex-responsable de la Fed, le président élu va nommer pour la première fois une femme au poste de secrétaire au Trésor, selon plusieurs sources.

Joe Biden prévoit de nommer au poste de secrétaire au Trésor l’ancienne présidente de la Réserve fédérale américaine, a indiqué lundi à l’AFP une source proche de l’équipe du président élu américain, confirmant des informations du Wall Street Journal.

Janet Yellen, qui a été la première femme présidente de la Fed entre 2014 et 2018, est une économiste renommée et respectée. Elle bénéficie du soutien de l’aile gauche du parti démocrate, selon cette même source.

Si elle est confirmée par le Sénat, elle deviendrait la première femme à occuper le poste de secrétaire au Trésor, en remplacement de Steven Mnuchin. 

Ce poste de ministre des Finances est le plus important après celui du secrétaire d’Etat en charge des affaires étrangères.

Et cette nomination prend un relief tout particulier alors que la première économie du monde peine à s’extirper de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

Avec des millions d’Américains toujours sans travail, des créations d’emplois qui ralentissent après un fort rebond lors de la réouverture des entreprises en mai, juin et juillet, l’administration Biden aura fort à faire. 

Les économistes de JPMorgan ont même estimé récemment qu’ils s’attendaient à ce que l’économie américaine se contracte légèrement au premier trimestre de 2021 en raison d’une résurgence de la pandémie. 

Diplômée des universités de Brown et Yale, Janet Yellen avait dû céder sa place à la tête de la puissante institution financière à Jerome Powell, choisi par Donald Trump.

Son mandat de quatre ans à la tête de la Fed avait été marqué par une amélioration du marché de l’emploi et des taux d’intérêt historiquement bas.

La tâche de la prochaine secrétaire au Trésor sera d’autant plus délicate que pour l’heure, les démocrates ne disposent pas de majorité au Sénat, contrairement à l’administration Obama lors de sa prise de fonction en janvier 2009, en pleine crise également.

Comme nombre d’économistes, Mme Yellen avait récemment souligné que la reprise serait inégale si le Congrès ne dépensait pas davantage pour lutter contre le chômage et maintenir les petites entreprises à flot.

Pour l’heure, le vote d’un nouveau plan d’aide à l’économie est dans l’impasse. 

A lire aussi...