Richemont: les ventes frôlent les 11 milliards d’euros

Communiqué, Richemont

1 minutes de lecture

Le géant du luxe, présidé par Johann Rupert, améliore son chiffre d’affaires annuel de 3% et propose de relever le dividende de 6%.

Le groupe suisse de luxe Richemont a annoncé ses résultats consolidés (audités) pour l’exercice clos le 31 mars 2018.

Chiffres clés: 

  • Chiffre d’affaires de 10’979 millions d’euros, en hausse de 3% à taux de change réels et de 8% à taux de change constants. 
  • Hors impact des rachats exceptionnels de stocks, progression de 7% des ventes à taux de change constants. 
  • Niveau de performance élevé des boutiques en propre, résultat d’une progression solide des ventes de joaillerie et d’horlogerie 
  • Croissance à deux chiffres en Chine continentale, à Hong Kong, en Corée et à Macao 
  • Résultat d’exploitation en augmentation de 5%; frais d’exploitation en hausse de 2% hors plus-value immobilière enregistrée au cours de l’exercice précédent 
  • Résultat net en progression de 1% à 1’221 millions d’euros
  • Forte génération du cash flow opérationnel: augmentation de 827 millions d’euros à 2’723 millions d’euros 
  • Proposition de dividende: 1,90 franc suisse par action, en hausse de 6%

Sur la base des flux de trésorerie et d’une trésorerie nette élevée, le conseil d’administration a proposé de fixer le dividende à 1,90 franc suisse par action (1 action A/ 10 actions B), à comparer avec 1,80 franc suisse par action (1 action A/ 10 actions B) l’an dernier.

Le président Johann Rupert a déclaré: «L’amélioration de la conjoncture économique, les progrès réguliers dans notre projet de transformation de Richemont et un environnement de devises contrasté ont marqué cette année. Le chiffre d’affaires s’est inscrit en hausse de 3% à taux de change réels, soutenu par le taux de croissance élevée à un chiffre des ventes au détail et à deux chiffres en Asie-Pacifique, faisant preuve d’une vigueur particulière dans nos principaux marchés que sont la Chine, Hong Kong, la Corée du Sud et Macao. Dans son ensemble, la forte performance des ventes au détail traduit une activité solide dans la joaillerie et l’horlogerie.»

«Si notre portefeuille de Maisons et nos autres actifs demeurent bien positionnés, notre approche de long terme ne nous empêche pas d’envisager de nouveaux investissements ou cessions, ainsi que nous l’avons démontré au cours de l’année passée. La solidité de notre cash flow et de notre structure financière doivent nous permettre de réaliser le plein potentiel du groupe dans les 30 années à venir», a également estimé le président à propos des perspectives.

A lire aussi...