Les métaux industriels délaissés par un marché inquiet

AWP

1 minutes de lecture

Le cuivre, l’aluminium, le plomb, le nickel et le zinc se sont inscrits en baisse, tandis que l’étain a grimpé.

Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont reculé sur la semaine alors que les investisseurs délaissaient les actifs les plus risqués.

Le cuivre, l’aluminium, le plomb, le nickel et le zinc se sont inscrits en baisse, tandis que l’étain a grimpé.

«Le ton agressif des minutes de la Fed est venu s’ajouter aux tensions commerciales pour faire décliner les actions asiatiques et clouer les métaux de base, alors que le dollar se renforçait» face au yuan chinois, a commenté Liz Grant, courtière chez Sucden.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a à nouveau affirmé sa volonté d’augmenter les taux directeurs américains, se qui rend le dollar plus rémunérateur, et donc plus attractif. Les métaux, dont le cours est fixé en monnaie américaine sur le LME, deviennent plus cher pour les investisseurs utilisant d’autres devises.

Données chinoises hésitantes

En revanche, les données chinoises décevantes vendredi n’ont pas conduit à un recul plus marqué des métaux.

La croissance économique chinoise a pourtant ralenti au 3e trimestre à son plus faible rythme en neuf ans, à l’heure où s’intensifie la guerre commerciale avec les États-Unis et où les investissements stagnent.

«Pékin a annoncé des mesures de soutien à l’économie, reste à savoir combien de temps cela prendra pour qu’elles aient un effet sur l’économie», se sont demandés les analystes de ING.

«Les cours démontrent à quel point les acteurs du marché peinent à se positionner sur le futur», a jugé Alastair Munro, courtier chez Marex Spectron.

La tonne de nickel a atteint jeudi 12.200 dollars, son plus bas depuis un mois.

Aluminium: répit pour Rusal

La tonne d’aluminium est descendue vendredi à 2.003,50 dollars, son plus bas depuis un mois.

L’administration américaine a encore repoussé la date butoir à laquelle il est demandé aux partenaires et investisseurs de Rusal, producteur incontournable d’aluminium, de cesser leurs activités avec la société russe.

«Cela donne plus de temps à l’oligarque russe Oleg Deripaska pour céder le contrôle du groupe», ont commenté les analystes de Commerzbank.

«L’idée que les sanctions ne seront jamais appliquées au final fait son chemin», ce qui fait douter que le marché sera en déficit d’offre, ont complété les analystes de UniCredit.

Pourtant, ils soulignent que les fondamentaux du métal sont positifs, avec une baisse des réserves disponibles sur les plateformes d’échange, comme le LME.

«Les prix de l’alumine (matière première essentielle à la production d’aluminium, ndlr) sont très élevés», ont abondé les analystes de Bank of America Merrill Lynch.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6.211 dollars vendredi à 15H00 GMT, contre 6.307,50 dollars le vendredi précédent à 13H10 GMT.

L’aluminium valait 2.003,50 dollars la tonne, contre 2.049 dollars.

Le plomb valait 1.973 dollars la tonne, contre 2.048 dollars.

L’étain valait 19.155 dollars la tonne, contre 19.065 dollars.

Le nickel valait 12.550 dollars la tonne, contre 12.780 dollars.

Le zinc valait 2.630 dollars la tonne, contre 2.642 dollars.

A lire aussi...