Le chômage s’est maintenu en juillet à un niveau très bas

AWP

1 minutes de lecture

Le taux de chômage est resté stable à 2,4% en comparaison mensuelle. En comparaison annuelle, le recul atteint 0,6 point de pourcentage.

La situation sur le marché du travail en Suisse n’a pas subi d’importante modification en juillet. Le taux de chômage est resté stable à 2,4% en comparaison mensuelle, indique jeudi le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). En comparaison annuelle, le recul atteint 0,6 point de pourcentage.

Depuis quelques mois, le taux de chômage a connu un fort recul qui s’explique notamment par des changements dans la comptabilisation des sans-emploi. Depuis le mois de mai, cet indicateur s’est fixé à 2,4%, un plus bas sur dix ans.

En excluant les variations saisonnières, le taux de chômage en juillet s’est inscrit à 2,6% pour le troisième mois d’affilée. Ces chiffres correspondent aux prévisions des économistes sollicités par AWP.

Le nombre d’inscrits dans les offices régionaux de placement (ORP) a reculé de 527 personnes par rapport au mois précédent.

Parmi les cantons latins, Neuchâtel (-0,1 point) et Genève (stable) se partagent désormais la dernière place du classement avec un taux de 4,3%. Vaud et le Jura restent au coude-à-coude. Les deux cantons accusent une progression de 0,1 point à 3,5%. Valais (-0,1), Fribourg (stable) et le Tessin (-0,1) sont au niveau de la statistique nationale, à savoir 2,4%.

La région francophone du Jura bernois affiche un taux de 2,5%, relevé de 0,1 point sur un mois.

La stabilité a prévalu pour les deux grands cantons que sont Berne et Zurich, avec des proportions de sans-emploi respectives de 1,7% et 2,4%. Uri demeure le meilleur élève suisse, avec 0,6%.

Flambée des places vacantes

Dans l’ensemble, le nombre de chômeurs a reculé de 1,1% en Suisse alémanique, alors qu’une hausse de 0,4% est constatée en Suisse romande et au Tessin.

Le Seco constate une hausse mensuelle du chômage des jeunes, à 11’807 sans-emploi (+10%). Chez les seniors, le nombre d’inscrits s’est replié à 30’420 personnes, soit -2,2%.

Le mois dernier, 179’857 demandeurs d’emploi étaient recensés, un chiffre légèrement en progression par rapport à juin.

Introduite en juillet, l’obligation d’annoncer tout poste vacant dans les professions où le taux de chômage dépasse 8% - conséquence de la mise en oeuvre de l’initiative UDC contre l’immigration de masse - a débouché sur une flambée de la statistique. Les places vacantes ont plus que doublé à 30’004 unités, dont 14’284 soumises à l’obligation d’annoncer.

Les chiffres du chômage partiel pour le mois de mai affichent des baisses très importantes. Le nombre de personnes touchées a fondu à 909, soit -41,4%. En tout, 36 entreprises (-29,3%) ont eu recours aux mesures de réduction de l’horaire de travail. Les heures de travail perdues ont plongé de 23,2% à 58’732 unités.

Dans l’ensemble, 3484 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l’assurance-chômage dans le courant du mois de mai, précise le Seco.

A lire aussi...