La situation des affaires s’est détendue au début de l'automne

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Plus de 60% des entreprises souffrent d'une baisse de la demande, selon le KOF.

L'indicateur KOF de la situation des affaires a sensiblement progressé en octobre. Toutefois, au sujet de l'évolution de la demande, certains secteurs d’activité sont devenus plus prudents au cours du mois. Des questions spéciales sur la pandémie de COVID-19 montrent qu'actuellement, environ 10% des entreprises interrogées craignent pour leur existence. Dans le secteur de l'hôtellerie, c'est même le cas d’une entreprise sur trois. Plus de 60% des entreprises souffrent d'une baisse de la demande.

Depuis mai 2020, les enquêtes conjoncturelles du KOF sont en partie complétées par des questions spéciales sur la crise sanitaire actuelle. En octobre, environ 10% des entreprises participantes ont déclaré qu'elles considéraient leur existence comme gravement menacée. La proportion a légèrement augmenté en septembre et en octobre, après avoir diminué au cours de l'été. La crainte d’une faillite est de loin la plus répandue dans l'industrie hôtelière (35%), suivie par les autres prestataires de services (10%). Les petites entreprises du Tessin ou du Bassin lémanique ont également tendance à considérer leur existence comme menacée.

La baisse de la demande reste le principal obstacle: 61% des entreprises interrogées déclarent en souffrir. La deuxième restriction la plus importante (21%) est l'insolvabilité ou le report de paiement des clients.

La situation s'est récemment améliorée dans tous les domaines

Au total, plus de 4500 entreprises ont fourni des informations sur la situation de leurs affaires dans les dernières enquêtes économiques du KOF. En octobre, tous les secteurs économiques étudiés ont commencé à sortir de la crise. Dans le commerce de détail, la situation des affaires a déjà dépassé le niveau d'avant la crise pendant l'été. C'est le seul secteur d’activité dans lequel la situation est aujourd'hui plus favorable qu'avant la crise sanitaire. L'indicateur de la situation des affaires pour les services financiers et assurantiels a presque atteint le niveau d'avant la crise. Dans les autres secteurs étudiés - industrie de transformation, bâtiment, bureaux d’études, commerce de gros et autres services -, la situation s'est également améliorée en octobre, mais elle reste nettement moins favorable qu'avant la crise. Le secteur de l'hôtellerie est particulièrement loin des niveaux d'avant la crise.

Face à l'augmentation du nombre de contaminations, le Conseil fédéral a renforcé les mesures de protection les 18 et 28 octobre. Seules quelques réponses aux enquêtes conjoncturelles ont été reçues après le deuxième resserrement du 28 octobre. Les derniers développements ne se reflètent donc guère dans les résultats. Toutefois, au cours du mois d'octobre, les entreprises de certains secteurs d’activité sont devenues plus sceptiques quant à l'évolution future. Par exemple, les entreprises qui ont répondu aux enquêtes plus tard dans le mois étaient davantage enclines à réviser à la baisse leurs attentes concernant la demande future par rapport au mois précédent. Cela vaut en particulier pour l’industrie de transformation, les autres prestataires de services, les bureaux d’études, les grossistes et les prestataires de services financiers et assurantiels. Jusqu'à présent, cependant, les réponses n'indiquent pas d’effondrement similaire à celui du printemps.

A lire aussi...