La reprise s'affaiblit selon le baromètre conjoncturel du KOF

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Alors qu'il a fortement augmenté en juillet et août, l'indicateur n'a pratiquement pas progressé en septembre.

Le baromètre conjoncturel du KOF a chuté pour la première fois en octobre après une courte phase de reprise. Il s'élève désormais à 106,6 points, soit 3,5 points de moins qu'en septembre (révision de 113,8 à 110,1 points). Compte tenu de la situation de pandémie et des restrictions susceptibles d'en découler, les perspectives économiques pour la Suisse sont limitées.

La baisse du baromètre conjoncturel du KOF observée en octobre est notamment due à l'évolution négative des groupes d'indicateurs du secteur des autres services, de l'hôtellerie et de la demande étrangère. En outre, les indicateurs relatifs à l’industrie de transformation ont également enregistré une baisse. En revanche, la consommation privée et le secteur du bâtiment sont restés pratiquement stables par rapport au mois précédent.

Au sein de l’industrie de transformation, les indicateurs relatifs à l'industrie électrique et électronique, à l'alimentation et aux boissons ainsi qu’à la métallurgie en particulier suivent une tendance négative. En revanche, les indicateurs des secteurs de la construction mécanique et automobile envoient un signal légèrement positif. Les groupes d'indicateurs des autres secteurs, notamment l'industrie textile, le secteur du papier et de l'imprimerie, le secteur du bois, du verre, de la pierre et des terres et les industries chimiques, pharmaceutiques et plastiques, restent largement inchangés par rapport au mois précédent.

Dans le secteur manufacturier (industrie de transformation et bâtiment), les indicateurs permettant d'évaluer les perspectives d'exportation, la situation générale des entreprises et les capacités de production en particulier, suivent une orientation négative. Cette évaluation est confortée par les indicateurs relatifs à la situation concurrentielle. En revanche, les indicateurs d'évaluation des stocks, de l'emploi et de l'achat de produits préliminaires émettent un signal positif.

A lire aussi...