La livre profite de l’ampleur du plan vaccinal britannique

AWP

1 minutes de lecture

Vers 11h15, la livre gagnait 0,46% face à l’euro à 90,04 pence pour un euro et 0,21% face au dollar à 1,3596 dollar pour une livre.

La livre britannique montait vendredi face à l’euro et au dollar alors que le Royaume-Uni espère bientôt pouvoir vacciner des centaines de milliers de personnes par jour, selon une déclaration du Premier ministre.

Vers 10H15 GMT (11H15 HEC), la livre gagnait 0,46% face à l’euro à 90,04 pence pour un euro et 0,21% face au dollar à 1,3596 dollar pour une livre.

Confronté à une flambée des contaminations attribuée à un variant du virus détecté initialement dans le sud-est de l’Angleterre, le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé par l’épidémie en Europe, avec plus de 78.500 décès.

«Nous sommes dans une course contre la montre. Mais je peux vous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour vacciner autant de personnes que nous pouvons à travers le Royaume-Uni», a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse, évoquant «un effort national sans précédent».

Pour répondre à cet ambitieux défi, les autorités tablent sur une augmentation des approvisionnements en vaccins, des lieux de vaccination et des équipes pouvant les administrer, ainsi que sur le soutien de l’armée.

Ce programme britannique «pourrait donner à l’économie du pays un avantage sur celle de ses voisins du continent», a estimé Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Le dollar s’inscrivait pour sa part en hausse face à l’euro (+0,24% à 1,2242 dollar pour un euro) avant la publication des chiffres sur l’emploi américain en décembre.

Les analystes s’attendent à une faible augmentation du nombre d’emplois créés, «très loin des millions d’emplois qui sont réapparus dans les mois suivant» la première vague, a commenté Han Tan, analyste chez FXTM.

Mais selon Kit Juckes, analyste chez Société Générale, les données sur l’emploi américain «sont devenues trop volatiles pour tirer des conclusions importantes d’un mois sur l’autre».

A lire aussi...