La BNS plus transparente sur les changes et le marché monétaire

AWP

1 minutes de lecture

Les opérations de politique monétaire sur le marché monétaire seront communiquées mensuellement. Et les informations sur les devises passent à un rythme trimestriel.

La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé jeudi une intensification de la publication de données relatives à ses opérations sur les marchés monétaire et des changes. La communauté financière y voit la réaction à une pression politique et à l’exigence d’une plus grande transparence.

L’institut d’émission s’est engagé à fournir sur son portail des données plus détaillées sur ces activités dès le 30 septembre.

Concernant le marché monétaire, la BNS publiera désormais à la fin du mois «des informations sur les conditions et le volume des différentes opérations de politique monétaire effectuées le mois précédent», selon un communiqué succinct diffusé en marge de son point de politique monétaire périodique.

Pour ce qui est des opérations sur le marché des changes - dont le volume était jusqu’à présent communiqué sur une base annuelle dans le compte rendu d’activité - le volume des interventions du trimestre précédent sera dorénavant publié à la fin de chaque trimestre.

«En agissant de la sorte, la BNS semble se plier à la pression du Trésor (américain) qui a demandé plus de transparence sur cet aspect», commente Karsten Junius, économiste en chef auprès de la banque J. Safra Sarasin. Il souligne cependant que de manière générale, une plus grande transparence de la banque centrale quant à ses interventions sur le marché des devises ne rend pas nécessairement sa politique plus efficace.

Le fait que la BNS s’engage pour plus de transparence est une mesure positive et de nature à renforcer la confiance, estime pour sa part Caroline Hilb Paraskevopoulos, en charge de la stratégie de placement et de l’analyse à la Banque cantonale de St-Gall (SGKB), soulignant que «la communication représente 99% du succès d’une politique monétaire».

Selon elle, les taux d’intérêt ne constituent plus l’élément central de la politique monétaire, «mais le catalogue des mesures se poursuit». Le fait que la communication à cet égard sera intensifiée est une preuve que ces mesures devraient être maintenues, conclut l’experte de la SGKB.

A lire aussi...