La BNS cherche à s’adjuger la marque e-franc

AWP

1 minutes de lecture

«Franc numérique» ou encore «franc digital», dans les trois principales langues nationales, ainsi qu’en anglais, sont également dans le viseur de la Banque nationale suisse.

La Banque nationale suisse (BNS) cherche à déposer les marques «e-franc», «franc numérique» ou encore «franc digital», dans les trois principales langues nationales, ainsi qu’en anglais. Des demandes en ce sens ont été répertoriées dans la base de données de l’Institut fédéral de la propriété intellectuelle (IPI), datant de fin décembre dernier, selon une information publié jeudi par la Handelszeitung.

«Crypto-franc» par contre a déjà été enregistré en 2019 par la firme zougoise Bitcoin Suisse. L’institut d’émission avait procédé l’an dernier à une expérimentation en matière de monnaie numérique dans le cadre du projet «Helvetia», dont il avait revendiqué le succès début décembre.

La BNS a testé de manière limitée dans ce cadre une double approche, soit d’une part un système de paiement connecté à un registre distribué ainsi que, d’autre part, l’émission d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) de gros.

Le garant de la stabilité monétaire avait cependant averti que ces manoeuvres «ne sauraient indiquer une intention de la BNS d’émettre une MNBC de gros sur la plate-forme SIX Digital Exchange (SDX) ou d’autoriser le règlement d’opérations SDX dans le système Swiss Interbank Clearing».

A lire aussi...