L’OMC a deux directrices générales adjointes pour la première fois

AWP

1 minutes de lecture

L’Américaine Angela Ellard et la Costa-Ricaine Anabel González ont étés nommées avec le diplomate français Jean-Marie Paugam et le Chinois Xiangchen Zhang.

La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a nommé mardi ses quatre adjoints, parmi lesquels deux femmes, une première pour l’institution.

La docteure Ngozi Okonjo-Iweala, elle-même première femme et première Africaine à diriger l’institution basée à Genève, a choisi l’Américaine Angela Ellard et la Costa-Ricaine Anabel González comme adjointes, ainsi que le diplomate français Jean-Marie Paugam et le Chinois Xiangchen Zhang, récemment nommé vice-ministre du Commerce, selon un communiqué.

«C’est la première fois dans l’histoire de notre organisation que la moitié des directeurs généraux adjoints sont des femmes. Cela souligne mon engagement à renforcer notre organisation avec des dirigeants de talent tout en arrivant à équilibrer les genres au sein de la direction», a souligné Mme Okonjo-Iweala.

Angela Ellard est une spécialiste du commerce international qui a fait l’essentiel de sa carrière au Congrès américain comme conseillère.

«Mme Ellard a négocié et conclu d’importants dossiers et textes de loi bipartisans depuis bien plus de 25 ans avec des membres du Congrès et des responsables des administrations Trump, Obama, Bush et Clinton», souligne l’OMC dans son communiqué.

Anabel Gonzalez a, entre autres, été ministre du Commerce extérieur du Costa-Rica mais a aussi travaillé à la Banque mondiale et à l’OMC, où elle a été directrice du département agriculture et matières premières.

Jean-Marie Paugam est l’actuel représentant permanent de la France auprès de l’OMC.

M. Paugam «a acquis une connaissance profonde et pratique des liens entre gouvernement et commerce et il a l’expérience des dialogues de haut niveau sur le commerce et les opérations économiques internationales», souligne l’OMC.

M. Xiangchen Zhang a lui aussi été représentant permanent de son pays auprès de l’OMC jusqu’à la fin 2020 et il peut se targuer d’une carrière de 30 ans consacrée au commerce international.

A lire aussi...