L’horizon s’éclaircit pour le commerce de détail suisse

AWP

1 minutes de lecture

En 2020, le chiffre d’affaires du secteur devrait s’inscrire à des niveaux comparables à ceux de l’exercice précédent, selon les estimations de GfK Suisse.

Les perspectives s’éclaircissent pour le commerce de détail suisse, du moins si aucune deuxième vague ne vient troubler la reprise. En 2020, le chiffre d’affaires du secteur devrait s’inscrire à des niveaux comparables à ceux de l’exercice précédent, selon les estimations de GfK Suisse.

Les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont pesé sur les affaires et continuent de freiner la croissance, toutefois elles ont aussi certains côtés positifs. D’une part, le tourisme d’achat a été fortement réduit pendant le confinement, GfK s’attendant à un repli de 30 à 40% sur l’ensemble de l’année. D’autre part, la tendance à rester en Suisse pendant les vacances d’été aura une influence positive sur la demande intérieure.

Certains secteurs pourront bénéficier d’un effet de rattrapage après le confinement, d’autres seront confrontés à des difficultés. L’absence de touristes étrangers risque ainsi de peser sur le secteur de l’horlogerie et de la joaillerie, a indiqué Sandra Wöhlert, dans un entretien avec AWP.

En outre, la situation extraordinaire a conduit de nombreux commerçants à renforcer, voire mettre en place pour certains, le commerce en ligne. «Les activités en ligne ont été développées pratiquement partout, également sur des marchés jusqu’ici peu actifs dans ce segment», écrit l’institut d’études de marché.

L’e-commerce devrait enregistrer cette année une progression de 25% à 50% dans le segment non-alimentaire, en fonction des catégories, selon les prévisions de GfK et l’Association suisse de vente à distance (Asvad). La part de la vente en ligne sur l’ensemble du secteur devrait avoisiner 10% (hors achats à l’étranger).

Les effets de la pandémie, premier sujet de préoccupation pour 44% des Suisses sondés par GfK, restent toutefois difficiles à estimer. Il faut s’attendre à des fermetures de magasins dans le segment non-alimentaire, le commerce stationnaire étant escompté en repli de 10% en 2020 dans ce secteur.

Croissance fulgurante de Digitec-Galaxus

Parmi les entreprises publiant leurs chiffres, Migros est arrivé en tête du commerce de détail suisse en 2019, avec des ventes de 14,39 milliards (-1,5% sur un an), talonné par Coop et ses 13,39 milliards (+0,6%). Les supermarchés Denner (+2,2% à 3,41 milliard), Volg et Landi (chacun +1,1% à respectivement 1,52 et 1,40 milliard) complètent le top 5.

Ikea se hisse à la sixième place avec des ventes de 1,14 milliard (+3,7%), suivi par la filiale Digitec-Galaxus de Migros et sa croissance fulgurante de 16,1% à 1,12 milliard. Mis à part Ikea, l’ensemble du top 10 est composé de sociétés suisses, du moins si l’on prend en compte uniquement les sociétés publiant leurs chiffres pour la Suisse.

Dans l’ensemble, le commerce de détail a renoué avec la croissance en 2019, pour la première fois depuis 2014. Il s’est inscrit en hausse de 0,4% à 91,7 milliards de francs, selon les statistiques de GfK.

A lire aussi...