Grenke mandate KPMG pour un audit indépendant

AWP

1 minutes de lecture

L’entreprise allemande, qui achète des biens d’investissement afin de les louer à ses clients, est malmenée par l’investisseur Fraser Perring. Le fondateur Wolfgang Grenke se met en retrait.

Le groupe allemand Grenke, accusé de fraude comptable, a annoncé lundi le lancement d’un audit indépendant. Le groupe a également fait part de la suspension du mandat de son fondateur au conseil de surveillance.

L’investisseur britannique Fraser Perring, spécialiste des vente à découvert, a semé le doute la semaine dernière sur l’entreprise, dont le modèle consiste notamment à acheter des biens d’investissement pour les louer à ses clients. Dans une note retentissante, il affirme qu’une «portion substantielle des liquidités de Grenke n’existe pas» et l’accuse de «blanchiment d’argent pour des criminels», et «d’escroquerie aux petites entreprises».

Grenke a rejeté la totalité de ces accusations et annoncé un audit spécial réalisé par le contrôleur habituel de ses comptes, KPMG. Le régulateur des marchés financiers allemand, la BaFin, a ouvert une enquête.

Depuis le rapport de M. Perring, qui avait pointé dès 2016 les manquements de la société Wirecard, plongée depuis juin dans un des plus gros scandales financiers de ces dernières années en Allemagne, les actions de Grenke ont perdu près de la moitié de leur valeur.

Au coeur des accusations: le système de franchises de l’entreprise, que l’investisseur Perring voit «soit une manière de cacher de l’argent fictif ou de transférer des millions d’euros à des parties inconnues, ou les deux», ce que Grenke dément.

Ces franchises, des start-up fondées souvent par d’anciens employés, sont censées permettre à Grenke de pénétrer sur de nouveaux marchés avant d’être rachetées au bout de plusieurs années par la maison-mère.

L’audit spécial se penchera sur les acquisitions passées et les valorisations des sociétés, détaille Grenke. L’entreprise va aussi étudier une refonte de la structure de son système de franchises.

Wolfgang Grenke va lui suspendre «avec effet immédiat» son mandat au conseil de surveillance de l’entreprise qu’il a fondée ce qui permet «d’exclure tout conflit d’intérêt», affirme le groupe.

Grenke emploie 1’700 personnes dans le monde, et est présent dans 32 pays. Il est entré sur le MDax des valeurs moyennes allemandes en juin 2019.

A lire aussi...