Glencore a accéléré son extraction de charbon sur le premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

La production de cuivre en revanche a subi les effets d’inondations en Australie et d’interruptions sur le site de Mopani, en Zambie.

Glencore a vu ses volumes d’extraction de charbon prendre l’ascenseur sur les trois premiers mois de son exercice 2019, dopés notamment par les contribution de HVO et de Hail Creek, acquises en cours d’année dernière. La production de cuivre en revanche a subi les effets d’inondations en Australie et d’interruptions sur le site de Mopani, en Zambie.

Les volumes de charbon ont bondi de 8% ou 2,5 millions de tonnes, pour atteindre 33,2 millions de tonnes, tandis que ceux de cuivre ont fondu de 7% ou 24’700 tonnes à 320’700 tonnes.

Parmi les autres matières premières exploitées par la multinationale zougoise, la production de Cobalt s’est envolée de 56% à 10’900 tonnes. Ce recensement tient toutefois compte de l’extraction de 3500 tonnes sur le site de Katanga et contenant une proportion excédentaire d’uranium, limitant de fait les perspectives d’exportation de ce minerai. Katanga n’a d’ailleurs pas écoulé de cobalt depuis le début de cette année, souligne le rapport de production publié mardi.

Les participations du groupe dans des activités d’extraction d’hydrocarbures lui ont assuré un approvisionnement stable sur un an de 1,1 million de barils. Le déclin des réserves en Guinée équatoriale a pu être compensé par de nouveaux forages au Tchad.

Pour l’ensemble de l’exercice, le mastodonte de Baar a revu ses ambitions à la baisse dans le cuivre, le nickel, le ferrochrome et surtout les hydrocarbures. Si le coup de rabot dans les métaux et minerais répond surtout à des questions de maintenance et d’optimisation des sites d’extraction, l’abaissement de plus de 10% des volumes de brut, à 5,5 millions de barils, fait suite à des atermoiements dans l’attribution par le Cameroun d’approbations pour des projets dans lesquels Glencore est investi.

Les perspectives pour le charbon sont maintenues autour de 145 millions de tonnes, qui devraient à compter de l’an prochain constituer un nouveau plafond pour le groupe, qui revendique un rôle positif contre le changement climatique.

A 11h06 (en Suissse), l’action Glencore cédait 2,7% à 304,05 pence sur le London Stock Exchange.

A lire aussi...