France: l’inflation a bien poursuivi sa décélération en janvier

AWP

1 minutes de lecture

Les prix à la consommation se sont repliés de 0,4%, précise l’Insee, qui attribue en partie ce ralentissement à la baisse des prix des produits manufacturés avec le début des soldes d’hiver.

La hausse des prix à la consommation a ralenti pour le troisième mois consécutif en France, tombant à 1,2% sur un an en janvier, selon une estimation définitive publiée jeudi par l’Insee.

Sur un mois, les prix à la consommation se sont repliés de 0,4%, précise l’Institut national des statistiques, qui attribue en partie ce ralentissement à la baisse des prix des produits manufacturés avec le début des soldes d’hiver.

L’évolution des prix sur un an est conforme au chiffre publié lors d’une première estimation fin janvier. Le recul enregistré sur un mois est en revanche légèrement moins prononcé, à -0,4% contre -0,5%.

D’après l’organisme public, la baisse des prix à la consommation enregistrée en janvier s’explique notamment par l’évolution des prix des produits manufacturés «en lien avec le début des soldes d’hiver» (-2,1% après -0,2% en décembre).

Le rythme d’augmentation des prix des services a de son côté ralenti (+0,2% après +0,4%), tandis que les prix alimentaires sont eux aussi un peu moins dynamiques qu’en janvier (+0,5% après +0,6%).

Les prix de l’énergie, à l’inverse, ont baissé moins fortement qu’en décembre (-1,2% après -2,4%), dans le sillage des cours du pétrole. Ls prix du tabac, enfin, ont augmenté de 0,8%, après être restés stables en décembre.

L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), utilisé pour les comparaisons au sein de l’Union européenne, s’affiche en hausse de 1,4% sur un an, à un rythme nettement inférieur à celui de décembre (1,9%). Sur un mois, l’IPCH se replie de 0,6%.

L’inflation s’est élevée en moyenne à 1,8% en France l’an dernier, son plus haut niveau depuis 2012, mais elle a commencé à ralentir depuis l’été, tombant à 1,6% sur un an en décembre.

Selon les projections de l’Insee, son rythme annualisé devrait chuter à 1% d’ici le mois de juin.

A lire aussi...