Capgemini: Paul Hermelin laissera les rênes à Aiman Ezzat

AWP

1 minutes de lecture

Le CEO en place depuis 2012 restera président du conseil d’administration, tandis que M. Ezzat prendra la direction générale en mai 2020.

Capgemini, en pleine expansion avec l’achat en cours d’Altran, a annoncé lundi la nomination d’un nouveau directeur général recruté en interne, Aiman Ezzat, qui remplacera en mai 2020 Paul Hermelin à la tête du groupe.

M. Hermelin, qui avait la fonction de CEO depuis 2012, restera président du conseil d’administration, tandis que M. Ezzat prendra la direction générale, précise Capgemini dans un communiqué.

«Le conseil d’administration s’est prononcé unanimement» sur le choix de M. Ezzat, un des actuels directeurs délégués. Agé de 58 ans, il est présent dans le groupe depuis plus d’une vingtaine d’années, selon le document.

L’assemblée générale des actionnaires doit confirmer cette nomination le 20 mai 2020.

M. Ezzat «a une profonde connaissance de l’ensemble des opérations du groupe et a travaillé dans de nombreux pays», souligne le communiqué. Il a ainsi vécu pendant plus de 15 ans au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Avant le poste de directeur général délégué, qu’il occupe depuis janvier 2018, M. Ezzat avait assuré diverses fonctions au sein du groupe, notamment dans les services financiers.

Ce diplômé de l’École supérieure de chimie, physique et électronique de Lyon et de l’Anderson School of Management (UCLA), a également travaillé pour Gemini Consulting, la marque de conseil en stratégie et transformation de Capgemini, désormais Capgemini Invent.

Transformation

De son côté, Paul Hermelin, polytechnicien et énarque, est entré chez Capgemini en 1993. Il en est devenu directeur général en 2002, puis PDG en 2012, au départ du fondateur Serge Kampf.

Agé aujourd’hui de 67 ans, il avait commencé à préparer sa succession en 2017, annonçant qu’il se représenterait l’année suivante pour un dernier mandat de PDG, au cours duquel il amorcerait la transition.

Il avait ainsi nommé en octobre deux directeurs généraux délégués, M. Ezzat, qui assurait alors la fonction de directeur financier, et M. Thierry Delaporte, directeur des services financiers et Amérique latine.

Le premier a été plus spécifiquement chargé de la gestion de la performance et le second de la transformation du groupe.

La nomination de M. Ezzat intervient à l’heure où Capgemini a lancé une opération stratégique majeure: le groupe va lancer en octobre une OPA amicale sur le groupe de technologie Altran.

Cette fusion doit permettre de constituer un géant français de la tech avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé et 250.000 salariés. L’ensemble visera en particulier les marchés de la numérisation de l’industrie, en alliant les compétences en ingénierie d’Altran et les compétences informatiques de Capgemini.

L’offre de Capgemini, à 14 euros par action, valorise Altran à quelque 3,6 milliards d’euros, mais est jugée insuffisante par certains actionnaires minoritaires. M. Hermelin s’est toutefois montré confiant en septembre sur l’issue de l’opération, même si elle ne permettra sans doute pas de retirer tout de suite Altran de la cote.

Altran a réalisé un bénéfice net de 33,2 millions d’euros au cours du premier semestre, pour un chiffre d’affaires de 1,594 million d’euros (+16,1%). De son côté, Capgemini a vu son bénéfice net bondir de 23% à 388 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 7 milliards (+8,4%).

A lire aussi...