Alrosa reste terni par la crise du diamant au troisième trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Entre juillet et septembre, le premier producteur mondial de diamants bruts a subi un recul de 44% sur un an de son bénéfice.

Le premier producteur mondial de diamants bruts, le russe Alrosa, a annoncé vendredi une importante baisse de son bénéfice net et de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, sur fond d’une crise du marché du diamant qui se poursuit.

Entre juillet et septembre, le groupe basé en Iakoutie (Sibérie orientale) a dégagé un bénéfice en chute de 44% sur un an - mais stable par rapport au trimestre dernier - à 13,5 milliards de roubles (192 millions d’euros au taux actuel).

Son chiffre d’affaires a baissé de 35% à 45,7 milliards de roubles sur un an, provoqué par une baisse de 5% du volume des ventes de diamants bruts à 6,4 millions de carats sur cette période.

Depuis le début de l’année, le marché du diamant subit «une offre excédentaire de diamants polis et une situation difficile dans le secteur financier indien», l’Inde étant le principal tailleur de pierres brutes du monde, a déclaré dans un communiqué Alexeï Philippovsky, vice-PDG du groupe.

Après une forte performance en 2017-2018, les ventes de bijoux ont ralenti «notamment en raison des incertitudes macroéconomiques mondiales liées à l’escalade des guerres commerciales», avait indiqué M. Philippovsky en août.

Alrosa avait alors baissé ses prévisions de ventes pour l’année 2019 de 38 millions à 32-33 millions de carats. Ses prévisions de production pour l’année ont au contraire été relevées de 38 à 38,5 millions de carats.

Le groupe a produit 36,7 millions de carats en 2018.

A lire aussi...